Clin d’oeil : l’histoire de la fin du roaming au sein de l’Union européenne se retrouve en partie réécrite par UFC Que-Choisir

Clin d’oeil : l’histoire de la fin du roaming au sein de l’Union européenne se retrouve en partie réécrite par UFC Que-Choisir

Et s’il l’on réécrivait l’Histoire. UFC Que-Choisir revendique en effet la fin des frais de roaming au sein de l’Union européenne, en oubliant le coup de poker d’une certaine Viviane Reding.

Dans une vidéo postée sur sa chaîne YouTube, UFC Que-Choisir décide de revenir sur la fin des frais de roaming au sein de l’UE, qui se traduisaient par des surcoûts plus ou moins élevés chez les consommateurs lors de l’usage de leur forfait mobile depuis l’étranger. Le tout avec humour, puisqu’on voit ET appeler sa maison et se faire raccrocher au nez à cause de ses appels passés depuis la Terre qui sont en hors forfait et alourdissent la facture. 

Maintenant, le petit message véhiculé par l’association interpelle un peu. “Avant, appeler depuis l’étranger coûtait des sommes astronomiques… C’est pourquoi, l’UFC Que-Choisir a obtenu la disparition des surcoûts des appels passés ou reçus depuis un autre pays de l’Union européenne”, peut-on en effet lire en fin de vidéo. Et d’ajouter : “L’UFC Que-Choisir fait avancer vos droits. Et ça, c’est pas du cinéma”.

Or, on se souvient du coup de poker tenté en 2007 par Viviane Reding, alors commissaire européenne en charge des télécoms. Contrairement au Parlement européen, aux associations de consommateurs et aux médias, les opérateurs ne voyaient pas vraiment d’un bon oeil la disparition des frais de roaming à l’international et avaient le soutien de leur gouvernement. Elle a donc organisé une conférence de presse pour annoncer qu’un accord avait été trouvé pour baisser les coûts liés à l’itinérance, alors qu’aucun accord n’était trouvé et n’avait de chance d’être trouvé. L’annonce a fait les gros titres dans les médias. Félicités pour leur travail en faveur des consommateurs et pris au dépourvu, les ministres européens des télécoms n’ont ainsi pas tardé à entériner la décision.

Rappeler avoir apporté sa contribution, pourquoi pas. Mais de là à tirer totalement la couverture vers soi, non.