Le WiFi 6E relégué au second plan en attendant le WiFi 7 fin 2023

Le WiFi 6E relégué au second plan en attendant le WiFi 7 fin 2023

Face à la pénurie de pièces et des problèmes de la chaîne d’approvisionnement, le WiFi 6E est délaissé par les entreprises.

Une autre victime de la crise sanitaire. D’après le groupe Dell’Oro, spécialiste des études de marché, le WiFi 6E est en bien mauvaise posture. La faute notamment à des problèmes touchant la chaîne d’approvisionnement. Ainsi, très peu d’appareils compatibles se lancent sur le marché et les entreprises font le choix, face à cette pénurie, de la patience.

Puisque cette norme est difficilement utilisable pour des raisons matérielles, les entreprises préfèrent attendre la certification du WiFi 7, avec des premiers équipements prévus à la fin de l’année prochaine. D’après Tam Dell’Oro, dirigeant le cabinet d’étude du même nom, la pénurie est à la fois dues aux arrêts de production lors de la crise sanitaire mais également à la migration importante vers le WiFi 6. « D’après ce que j’entends, les entreprises ont atteint la limite de leurs actifs et elles ont un grand besoin de mettre à niveau et de faire progresser leur infrastructure. Tout cela arrive en même temps » explique-t-elle. De nombreux fournisseurs lui ont également déclaré que “leurs clients avaient pris en compte le fait que les produits WiFi 6E étaient retardés. C’est la raison pour laquelle ils se sont repliés sur le WiFi 6, la livraison du WiFi 7 n’étant pas prévue avant la fin 2023.

Si le WiFi 6E propose certains avantages, notamment l’utilisation de la bande 6GHz à la largeur plus importante, permettant davantage de canaux, il semble qu’il faille se cantonner à un marché de niche selon la CEO. Une utilisation réservée donc aux applications pouvant tirer le meilleur parti de cette bande passante supplémentaire et de la plus faible latence proposée, comme la vidéo par exemple. Selon les industriels, la pénurie devrait se résoudre à la fin de l’année 2022.

Jusqu’à peu, en France, le WiFi 6E était encore un simple projet chez Free pour ses box. L’opérateur de Xavier Niel s’est pourtant récemment fait damer le pion par Bouygues Telecom, qui propose désormais cette technologie au sein de son offre haut de gamme, mais uniquement pour de nouveaux abonnés, sans avoir annoncé de lancement officiel.

Quant au WiFi 7, il est encore assez peu connu, avec des premières démonstrations en début d’année et comme ses prédécesseurs, il est plein de promesses. Le WiFi 7 disposerait alors d’un débit maximal théorique de 30 Gb/s, contre environ 10Gb/s pour le WiFi 6 et même s’il est très peu probable que ces débits soient atteints dans nos foyers, la différence reste impressionnante. Mais ce qui donne également l’ambition au standard sans-fil de remplacer la connexion filaire via un câble ethernet, c’est sa capacité à réduire la latence. Pour cela, il faudra ajouter des fréquences supplémentaires et doubler les tailles de canal en allant jusqu’à 320 MHz (contre 160 MHz pour le WiFi 6) ainsi qu’appliquer une nouvelle modulation.

Source : Le Monde Informatique