Des milliers de français privés d’internet par une cyberattaque russe

Des milliers de français privés d’internet par une cyberattaque russe

Le réseau satellitaire Via-Sat, couvrant l’Europe a été la cible d’une cyberattaque peu de temps après l’annonce de Vladimir Poutine concernant l’attaque de l’Ukraine. Certains Français abonnés à Nordnet ont été impactés.

Quand la guerre en Ukraine vient même impacter les habitants de l’Hexagone. Suite à une cyberattaque, les modems terrestres assurant la connectivité entre les satellites de Via-Sat (couvrant notamment l’Europe et bien sûr l’Ukraine) et les abonnés ont été compromis et une dizaine de milliers de français, abonnés aux services satellitaires de Nordnet sont ainsi privés de réseaux. Les dégâts causés par cette action sont assez importants : il est impossible de redémarrer les modems impactés à distance, ni même de les réinitialiser.

Selon le Figaro, le remplacement des équipements touchés n’est pas non plus envisageable, Nordnet manquant d’appareils en réserve notamment à cause de la pénurie touchant le monde de la tech. Et certains envisagent encore d’autres actions du genre de la part de la Russie. En effet, l’un de ses satellites nommé Loutch a été observé durant des manoeuvres assez suspectes, se plaçant sous les faisceaux d’émissions de satellites occidentaux. Aucune preuve d’écoute, mais la suspicion règne d’après un expert : “Par mesure de précaution quand Loutch est à proximité, les communications sensibles sont chiffrées. Mais nous ne savons pas s’il peut physiquement endommager les satellites“.

Des menaces peuvent peser sur d’autres structures télécoms. Les câbles sous-marins, assurant plus de 90% des connexions internet internationales pourraient être ciblés. Ces câbles, assez fragiles avaient déjà été endommagés lors de l’invasion de la Crimée en 2014, et les Russes étaient déjà soupçonnés d’y être pour quelque chose, au vu de ses équipements militaires. L’un de ses navires, officiellement à vocation océanographique, aurait pu avoir pour but de cartographier les câbles sous-marins, notamment ceux n’apparaissant pas sur les cartes officielles.

Quid  des réseaux mobiles, comme la 4G ou la 5G ? Ces derniers sont jugés plus solides et une cyberattaque serait plus compliquée à mener à bien que sur le réseau de satellites. Cependant, certaines attaques ciblées sont à envisager, même si le plus simple reste de couper le courant. Nous n’aurions alors qu’une seule solution pour effectuer des appels téléphoniques : le bon vieux réseau cuivre.