Comment SFR utilise les données de ses abonnés mobile

Comment SFR utilise les données de ses abonnés mobile

Les opérateurs collectent de nombreuses données à travers les divers usages de leurs abonnés. SFR explique un peu plus en quoi certaines peuvent être monétisées.

Qui dit réseau, dit transit de données et lorsqu’on est un gros opérateur, qu’en faire ? Le volume est énorme avec ne serait-ce que 4 milliards d’évènements mobiles (appels, SMS…) enregistrés chaque jour sur le réseau de SFR et puisqu’elles sont agrégées et anonymisées, elles peuvent être monétisées.

SFR utilise majoritairement ces données dans le cadre d’un service de géostatistiques, permettant d’observer par exemple des mouvements de population sur un territoire. C’était par exemple le cas au début de la pandémie du Covid 19, ou l’utilisation de la data collectée par les opérateurs pour surveiller les mouvements des Fançais durant le confinement avait été suggérée par le PDG d’Orange.

Mais ces données peuvent également être utilisées autrement. SFR a en effet ajouté certaines notions dynamiques à ces cartes générées et développé son expertise dans le traitement des données. L’opérateur a ainsi mis au point des algorithmes pour filtrer les données collectées afin de conserver celles utiles. Ce traitement va également permettre d’éviter des coûts trop élevés, tant financiers qu’en terme d’énergie et faciliter l’analyse de données en améliorant les performances des outils nécessaires à l’opération.

Concrètement, ces données peuvent par exemple être vendues dans le cadre du tourisme. En mettant en avant certains mouvements de population, certains comportements, les offices du tourisme peuvent par exemple mieux anticiper les périodes plus propices à la visite. Les acteurs du tourisme font d’ailleurs partie de la clientèle privilégiée de la filiale d’Altice. Pour mieux vendre ses services, l’opérateur a d’ailleurs développé des interfaces graphiques permettant de mieux visualiser ce que la collecter pointe du doigt. SFR peut même donner des données concernant les touristes internationaux, dont la carte SIM est connectée à son réseau ; parcours, zones de fréquentations etc.

Et l’opérateur n’hésite pas à chercher d’autres moyens, affirmant explorer “beaucoup de pistes”. Un premier projet est envisagé avec Mastercard, en vue de combiner les données de fréquentation des touristes étrangers et les paiements. SFR se penche également sur la possibilité de s’associer à des cabinets d’étude et de conseil, qui pourraient scruter les données pour le compte d’autres clients.

Source : Alliancy