Fibre optique : Orange modernise ses infrastructures pour éviter la saturation

Fibre optique : Orange modernise ses infrastructures pour éviter la saturation

Les Français sont de plus en plus friands de fibre optique et les demandes de raccordement en augmentation, obligeant les opérateurs à moderniser leurs infrastructures. Orange raconte comment il a opéré une mise à jour sans accroc.

“La totalité des 10 000 lignes ont été migrées (coupure + soudure) en 3 semaines. Aucune réclamation n’est à noter suite à l’opération”, se félicite Orange. L’opérateur a dû construire un nouveau NRO (Nœud de Raccordement Optique) à Vienne, commune dans le département de l’Isère. La raison ? Celui-ci créé il y a une dizaine d’années ne suffisait plus et arrivait à saturation.

L’opérateur historique devait migrer toutes les lignes existantes, en minimisant l’impact sur les 10 000 clients concernés. “Ceux-ci ont été prévenus 3 semaines à l’avance par leur opérateur (Bouygues Telecom, Lasotel, Free, SFR et Kosc Telecom) de la coupure de quelques heures”, explique Orange.

Comme le nombre de foyers raccordables à la fibre optique, celui des abonnés FTTH croit de trimestre en trimestre. Il atteignait ainsi les 13,4 millions au 30 septembre 2021, soit 76 % du parc d’abonnés très haut débit (supérieur à 30 Mbit/s en téléchargement/download). Des infrastructures correctement dimensionnées à une époque peuvent ainsi ne plus l’être aujourd’hui. D’où la nécessité de les moderniser.

Comme l’expliquait Orange en octobre 2021, lors de la signature d’un accord-cadre avec Nokia, le déploiement ou la mise à jour des équipements deviendra à l’avenir l’occasion de développer l’utilisation d’équipements reconditionnés dans les infrastructures réseau, afin de réaliser des économies de coûts, tout en réduisant l’empreinte environnementale et contribuant à “l’objectif Net Zéro Carbone fixé par le groupe en 2040”. Il prônait une “exemplarité environnementale”.

Modernisation, mais pas seulement

Pour assurer le bon fonctionnement des infrastructures fibre optique, Orange n’hésite pas à faire le tri du côté des sous-traitants pour réduire les malfaçons causant beaucoup de problèmes aux abonnés. Face à trop de rappels à l’ordre, l’opérateur a récemment décidé de sévir en ne renouvelant pas certains contrats avec son sous-traitant historique Scopelec. “Après plusieurs avertissements ces dernières années, la qualité des prestations proposées par certains prestataires actuels, dont Scopelec qui a reçu plusieurs dizaines de mises en demeure en raison de manquements sur certains territoires, a conduit Orange à revoir l’attribution des zones confiées à chacun”, justifiait-il en décembre dernier.