Privés de ligne téléphonique depuis 2 mois et sans réseau mobile, ils accusent Orange et Free de “mettre en danger la vie des gens”

Privés de ligne téléphonique depuis 2 mois et sans réseau mobile, ils accusent Orange et Free de “mettre en danger la vie des gens”

Des abonnés Free du Gers n’ont toujours pas accès à internet ni même à la téléphonie fixe depuis leur emménagement deux mois auparavant. Dans une zone peu couverte et avec des membres à la santé précaires, ils craignent de ne pouvoir être pris en charge en cas de problème à cause d’Orange et Free.

Une inquiétude sur fond de non-connexion. Depuis qu’il a emménagé avec sa femme, son fils et sa belle-fille dans leur nouvelle maison de Nougaroulet le 27 octobre, Cyrille Michel n’a toujours pas accès à la téléphonie fixe, ni à internet ou à la télévision. Une situation qui pourrait n’être qu’une contrainte si deux des membres de la famille ne souffraient pas d’un handicap.

Le père de famille est en effet équipé de deux prothèses aux genoux et ne peut se mouvoir que difficilement, tandis que sa belle-fille Manon est atteinte d’une sclérose en plaques et enceinte de son deuxième enfant. Le hic étant que pour pouvoir passer un appel sur leur portable, il est nécessaire de travers un pré difficilement praticable au vu des conditions des deux membres de la famille. « Si j’ai besoin d’avoir les pompiers et que je sors pour téléphoner, je ne reviens pas. Toute seule, je ne peux pas. » explique Manon, âgée de 32 ans et inquiète au vu de sa grossesse à risque.

Si ces abonnés Free Mobile n’ont pas de réseau dans leur logement, il est tout de même important de rappeler que le numéro de secours 112 est joignable à tout moment, tant qu’un des opérateurs couvre la zone. D’après nos propres vérifications, la zone est indiquée comme couverte sur la carte de couverture d’Orange, malgré quelques parcelles ou la qualité des appels est jugée faible. Ce qui devrait suffire à contacter le numéro de secours, si le besoin se présentait.

L’affaire dure en effet depuis deux mois maintenant. En arrivant et constant qu’ils ne bénéficiaient pas d’une ligne fixe,Patricia, la mère de famille a alors contacté leur opérateur pour une intervention : “après notre demande, un technicien de Sade Télécom (sous-traitant d’Orange; NDLR) est intervenu le 29 octobre. Il nous a dit que le câble était cassé. On a ensuite attendu un bon mois” explique-t-elle. Après cette attente, la matriarche relance son opérateur et écrit également à l’Arcep le 23 novembre, entraînant une discussion avec un chargé d’affaires de Sade Télécom le 27 novembre, qui explique alors qu’une connexion temporaire va être mise en place.

“Une semaine plus tard, un câble est installé. Depuis, plus rien” explique-t’elle. Et ce malgré une demande de permission de voirie afin d’implanter un poteau en bordure de leur terrain, afin d’assurer un raccordement définitif.« On nous a dit de tout préparer et d’abattre cet arbre pour mettre le pilier. Mais rien ne s’est fait. On a rappelé l’assistance de Free plusieurs fois, mais on nous explique que c’est à Orange, propriétaire du réseau, d’opérer le branchement à la centrale, sauf qu’elle serait saturée. C’est flou » explique Cyrille Michel.

L’opérateur de Xavier Niel, sollicité par ces abonnés en détresse et par La Dépêche du Midi, explique pour sa part qu’après “ vérification auprès du service technique, la ligne est toujours en construction, nous avons donc relancé les services en charge du raccordement. Malheureusement, nous sommes dépendants de l’opérateur historique qui est le propriétaire de la ligne de téléphone cuivre” , affirmant qu’Orange a été contacté dans le but de “trouver une solution au plus vite“.