Patrick Drahi cherche à vendre son opérateur portugais pour renforcer sa participation dans BT outre-Manche

Patrick Drahi cherche à vendre son opérateur portugais pour renforcer sa participation dans BT outre-Manche

Vendra ou ne vendra pas ? Malgré un démenti en juin dernier, Patrick Drahi chercherait bien à céder l’opérateur Meo au Portugal afin d’accroître sa part dans BT.

Après être devenu premier actionnaire de l’ancien opérateur historique britannique BT en juin dernier (12,1% du capital), le fondateur d’Altice chercherait à augmenter sa participation et renforcer son influence. Pour ce faire, Patrick Drahi souhaiterait bel et bien vendre son opérateur portugais Meo. Le milliardaire aurait mandaté il y a quelques mois la banque Lazard afin de sonder de potentiels acheteurs. Selon La Lettre de l’Expansion, les fonds EQT (famille Wallenberg) et CVC Capital Partners se sont d’ores et déjà porté candidats mais pas au prix demandé par Patrick Drahi, lequel souhaite empocher 7 milliards d’euros dans cette opération. En mai dernier, des informations de presse (Les Echos) allaient déjà dans ce sens. Mais le groupe a démenti toute volonté de céder sa filiale portugaise dans la foulée.

Racheté par la magnat des télécoms près de 7,4 milliards d’euros en 2014, l’ex-Portugal Telecom génère plus de 2 milliards de revenus par an et 830 millions d’Ebitda. Côté image, rien à redire non plus, si le Portugal est le premier pays d’Europe quasiment couvert en FTTH, c’est en partie grâce à la filiale d’Altice Europe. Autres raisons à cette possible cession, la 5G n’est pas encore déployée sur le territoire et cela va coûter cher en matière d’attribution des fréquences et de déploiement, sans oublier l’arrivée prochaine d’un quatrième opérateur. Patrick Drahi chercherait aussi à réduire la dette de son groupe estimée à environ 30 milliards d’euros.

 

Source : La Lettre de l’Expansion