Numéros d’urgence : expérimentation d’une plateforme unique en 2022

Numéros d’urgence : expérimentation d’une plateforme unique en 2022

Les appels vers les numéros d’urgence 15, 17 et 18 seront regroupés pendant 2 ans à compter de l’année prochaine sur une plateforme unique. Objectif, envoyer les secours adéquats le plus rapidement possible.

“Le seul objectif est l’amélioration de la prise en charge des victimes”, a annoncé Emmanuel Macron ce samedi 16 octobre, lors du Congrès national des sapeurs-pompiers à Marseille. Et ce la concerne directement les numéros d’urgence. Une plateforme unique regroupant les appels au 15 (Samu), le 17 (police) et le 18 (sapeurs-pompiers) sera ainsi expérimentée à partir de 2022, et ce pendant deux ans, a révélé le Président de la République.

S’ajouteront à ce dispositif, une seconde plateforme rassemblera spécifique pour les appels au 15 et au 18. Enfin, une troisième prendra en charge les appels au 15 et aux urgences médicales.

Des mesures attendues à la suite de la panne chez Orange

Le 2 juin dernier, une panne chez Orange a affecté l’acheminement des appels à destination des services d’urgence dans l’Hexagone. Dès le lendemain, l’opérateur a lancé une enquête interne pour en déterminer les causes et en tirer des leçons avant de prendre des engagements précis 10 jours plus tard.  “Pendant cette période environ 11 800 appels, soit 11% du total d’appels, n’ont pas été acheminés vers les services d’urgence. L’enquête confirme qu’il s’agit bien d’un dysfonctionnement logiciel“, avait notamment expliqué le délégataire du service universel.

Mais un autre rapport était attendu lui aussi de pied ferme, celui de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Dévoilé en juillet dernier, celui-ci a notamment pointé du doigt une absence de procédures de test, ainsi que des lenteurs dans la gestion de la crise de la part d’Orange.

En marge de cette publication, le gouvernement a annoncé la mise en place durant l’été d’une commission interministérielle afin de définir précisément un plan d’actions “qui précisera une série de mesures concrètes prenant en compte les recommandations du rapport”. Ce plan doit comprendre “la mise en œuvre d’une supervision technique spécifique et d’un système de remontée d’alerte spécifique aux appels d’urgence ainsi que la mise en œuvre d’une structure de collaboration avec les opérateurs tiers en cas d’urgence, ou encore la réalisation de tests lors de l’introduction de nouvelles méthodes”, a affirmé l’Etat.

Source : Franceinfo