[Màj] “Altice au pays des merveilles” : ses trois patrons se sont partagés 89 millions d’euros de revenus en 2018

[Màj] “Altice au pays des merveilles” : ses trois patrons se sont partagés 89 millions d’euros de revenus en 2018

 

Mise à jour : Altice a souhaité apporté des précisions aux révélations du Canard Enchaîné : "Depuis sa nomination en qualité de CEO d’Altice Europe en juillet 2018, Alain Weill a une rémunération annuelle de 3 millions d’euros brut (2 millions d’euros de salaire, dont 180K€ en tant que CEO d’Altice Europe, et 1 million d’euros de bonus). La somme de plus de 20 millions d’euros, mentionnée dans cet article, n’a pas été perçue. Elle est tout à fait virtuelle puisqu’il s’agit de la valorisation d’actions de performance tributaires, à terme, des résultats de l’entreprise, d’objectifs très ambitieux et de l’évolution du cours de bourse."

 

Malgré une baisse de 3% du chiffre d’affaires d’Altice en 2018, la rémunération de Patrick Drahi, Dexter Goei et Alain Weill est grimpée au total à 89 millions d’euros, révèle le Canard Enchaîné.

Qui fait mieux ? Toujours avec la liberté de ton qu’on lui connaît, le palmipède a canardé combien ont empoché les hauts dirigeants d’Altice et SFR en 2018 : «les trois chefs téléphonistes se sont versés des revenus à haut débit ! 89 millions d’euros », et ce en dépit d’un recul de 3% du chiffre d’affaires du groupe l’année dernière. Dans le détail, Patrick Drahi, fondateur du groupe, a perçu 35 millions d’euros, Dexter Goei directeur général d’Altice USA a pour sa part reçu 31 millions et enfin Alain Weill PDG d’Altice Europe a quant à lui encaissé 23 millions d’euros. Un véritable pactole lui permettant de s’emparer en février dernier de la majorité du capital de « L’Express », racheté à Patrick Drahi lui-même. Ce n’est pas tout enchérit le Canard Enchaîné, puisque Alain Weill a vendu comme prévu en avril dernier les 25% restants qu’il détenait dans son groupe Next Radio TV (BFM, RMC Découverte etc) à Altice Content, pour 100 millions d’euros. Et pour couronner le tout, celui-ci va recevoir 50 millions d’actions dont 50% sera « indexée sur la progression des résultats du groupe d’ici à 2021 ». Sans oublier sa rémunération fixe mais variable de 3 millions d’euros annuel. Pas de doute pour l’hebdomadaire satirique, "pour ces trois pilotes de lignes téléphoniques, c’est Altice au pays des merveilles".