Free Mobile : une antenne 5G empêchant de voler et profitant à un élu provoque la colère de riverains

Free Mobile : une antenne 5G empêchant de voler et profitant à un élu provoque la colère de riverains

Manque de transparence, exposition aux ondes, baisse de la valeur immobilière, risques de ne plus pouvoir voler et projet au profit d’un élu. Un projet de pylône 5G fait grincer des dents. Une action en justice est envisagée.

Un projet d’un pylône de 31 mètres pour la 5G de Free Mobile provoque quelques remous à Kerfot, commune du département des Côtes-d’Armor, dans la région Bretagne. Un collectif de riverains opposés au projet a d’ailleurs profité d’une réunion publique d’information organisée le 14 septembre en mairie pour exposer ses griefs aux deux représentants de l’opérateur ayant fait le déplacement.

Valeur immobilière, transparence, profit d’un élu et ULM

Au rang des reproches notamment, il y a la proximité des maisons avec les risques sanitaires et l’impact sur la valeur de l’immobilier, mais aussi le manque de transparence au tour du projet et le fait qu’un élu puisse en tirer profit. “On découvre du jour au lendemain qu’on va avoir un pylône devant chez nous, à 70 mètres de notre porte. De plus, sur le terrain d’un élu, qui n’a prévenu personne”, a expliqué le collectif. Toujours à propos de la localisation, elle remettrait en cause la pérennité du terrain d’ULM, à Kerfot depuis 35 ans. “Le pylône sera dans l’axe du terrain. Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir encore avoir des autorisations pour voler”, s’inquiète-t-on du côté des habitants. Une partie des riverains envisagent de porter l’affaire devant la justice administrative, avec pour objectif de “trouver un terrain qui convient à tous pour implanter le pylône”.

“Un endroit stratégique”, “deux mois pour agir”

De leur côté, les représentants de Free Mobile expliquaient les tenants du projet, et notamment l’abandon d’un autre lieu. “Nous devons implanter le pylône dans un endroit stratégique, le plus haut possible. Un premier endroit a été récusé, car des travaux sur la RD7 rendent cette implantation impossible, le projet actuel se situe sur un terrain privé. Il faut savoir que les opérateurs ont l’obligation de couverture du territoire, et Free Mobile est dans une démarche de déploiement”, a argumenté l’un d’eux. Ceux-ci se sont également voulus rassurants concernant l’exposition aux ondes crainte par les opposants. “Nous respectons toutes les mesures d’ondes, ainsi que les seuils électromagnétiques. On peut donc s’installer à moins de 100 m des habitations”, a assuré l’un d’eux.

Et d’ajouter, enfin, concernant la possibilité d’action : “le projet est lancé, mais rien n’est encore signé, même avec le propriétaire du terrain. Vous aurez deux mois pour agir quand le dossier sera déposé en mairie. C’est la mairie qui sera votre interlocuteur, pas Free Mobile”.