Free dans les starting-blocks pour sortir de la Bourse, Xavier Niel détient déjà 83% du capital

Free dans les starting-blocks pour sortir de la Bourse, Xavier Niel détient déjà 83% du capital

Iliad lancera le 9 septembre son offre publique d’achat simplifiée, le groupe va, sauf cataclysme, sortir de la Bourse de Paris.

Annoncé fin juillet, le projet d’offre publique d’achat simplifiée sur les actions Iliad va franchir une nouvelle étape importante, de quoi permettre à terme à Xavier Niel de prendre les commandes du groupe et ainsi le retirer de la cote. Selon les informations du Figaro, le fondateur de Free s’est emparé de 6% supplémentaires du capital il y a 5 semaines, faisant grimpé à 83% sa participation capital de la maison mère de l’opérateur contre 77% précédemment. pour ce faire,  il a racheté des blocs d’actions à 182€ le titre.  Xavier Niel va ainsi débourser jusqu’à 3 milliards d’euros afin de racheter les actions des actionnaires minoritaires.

Côté calendrier, l’AMF doit publier aujourd’hui la déclaration de conformité de l’Offre. Dès le 9 septembre, le groupe procèdera à l’ouverture de l’offre publique d’achat simplifiée d’actions à 182 euros par titre. Cela représente une prime de 61 % sur le cours de clôture du 29 juillet par rapport à la moyenne des cours de bourse pondérée par les volumes sur le mois précédent l’annonce de l’offre.

Si la clôture de l’offre est actée au 24 septembre prochain,  suivra quatre jours plus tard la publication de l’avis de résultat par l’AMF. Le 4 octobre, prendra place le règlement-livraison de l’offre semi-centralisée. Puis viendra “dans un bref délai et le cas échéant, la mise en œuvre du retrait obligatoire et radiation des Actions d’Euronext Paris, si les conditions sont réunies“, annonce Iliad.

Introduit en bourse en 2004, Iliad a longtemps été plébiscité par les investisseurs mais depuis plusieurs années, les valeurs télécoms sont moins appréciées. Lancé dans un cycle d’investissements  avec la 5G, la fibre et son expansion à l’international (Italie, Pologne),  la maison mère de Free estime que sa stratégie ne correspond pas nécessairement aux attentes des « investisseurs actions ». Le groupe veut plus de marges de manoeuvre et ne pas avoir à subir la pression des marchés imposant selon lui la performance et le rendement en toute transparence.

Après SFR et Altice Europe, Iliad va ainsi suivre le même chemin afin de ne plus cauchemarder sur la volatilité de son cours en Bourse. Le groupe de Xavier Niel va pouvoir poursuivre sa quête de parts de marché en Europe. Il sera aussi à l’affût en cas d’une opportunité de rachat croustillante sur de nouveaux marchés mais sans se glisser dans la peau du nouvel entrant. Il préfèrera s’emparer d’un opérateur existant comme en Pologne.