FMobile : l’application qui libère les abonnés Free Mobile de l’itinérance Orange fait le plein d’améliorations et nouveautés

FMobile : l’application qui libère les abonnés Free Mobile de l’itinérance Orange fait le plein d’améliorations et nouveautés

Une nouvelle version stable de l’application FMobile est disponible au téléchargement sur TestFlight. Elle apporte un paquet d’améliorations et nouveautés, dont un nouveau test de débit, un nouveau système de gestion des mises à jour et une nouvelle procédure de configuration.

Disponible sur iPhone par le biais de TestFlight, l’application FMobile était pensée initialement pour libérer les abonnés Free Mobile de l’itinérance Orange. Depuis une seconde génération, elle fonctionne avec les opérateurs du monde entier. Par le biais d’un canal LTS (mises à jour stables et moins régulières), et tout en indiquant approcher le cap des 3 000 utilisateurs, le développeur diffuse une nouvelle version estampillée 1.0 (66). Les nouveautés, améliorations et corrections sont nombreuses.

En voici d’ailleurs la liste complète :

-  Tout nouveau test de débit : il gagne fortement en précision, et permet désormais de choisir soi-même l’URL à utiliser pour réaliser le test avec le moins de latence. Il est désormais scindé en deux parties : une pour le moteur et une pour l’interface. Le test pour l’interface représente maintenant le débit réel et peut être utilisé en 4G, 3G, Wi-Fi, et autres réseaux, et a été soigné pour mieux présenter la vitesse de connexion.

-  NOUVEAU : système de gestion des mises à jour autonomes embarqué. Toutes les tâches d’entretien et de maintenance nécessaires après les mises à jours sont désormais gérées par l’application grâce à un tout nouveau système de gestion des mises à jours embarqué. Lors de sa première activation, quelle que soit votre version d’arrivée, il indiquera que votre build de départ est 0. Pas de panique c’est normal. Ça fait partie du processus d’enregistrement du système.

-  Nouvelle procédure de configuration : les opérateurs sélectionnés lancent la procédure de configuration automatique en arrière-plan. Pour les autres opérateurs, l’activation se fait sur demande de l’utilisateur à l’aide d’une bannière temporaire en haut du statut de la carte SIM.

-  NOUVEAU : l’application affiche désormais clairement quelle build est en cours d’utilisation et quelle génération est en cours d’utilisation. L’ensemble est appelé le moteur de l’application. Il y a quatre générations embarquées : G1, G-A1, G2 et G-A2, la meilleure étant la G-A2 (A pour amélioré). Elles dépendent de l’éligibilité de l’opérateur et du réseau. Tous les détails sur les générations du moteur sont expliqués dans la section aide de l’application.

-  NOUVEAU : l’application affiche désormais le Wi-Fi dans une case dédiée, avec le nom du Wi-Fi sur lequel l’iPhone est connecté

-  Les slots eSIM ne s’affichent plus sur iPhone XR, XS, et XS Max si aucune eSIM n’est configurée

-  Réécriture intégrale du code pour éviter tous les types de crash ; cette version devrait normalement être extrêmement stable

-  Amélioration de l’outil de diagnostic

-  Retouches sur le mode Radin

-  Optimisations des performances

-  Simplification de l’interface

-  Corrections de bugs

-  NOUVEAU : Certains opérateurs sont désormais 100% épargnés du test de débit (génération A2) : la détection de l’itinérance est 100% NATIVE ! En France, pour Free Mobile, ce n’est pas possible sur iPhone tant que l’opérateur principal ne retire pas l’opérateur itinérant des PLMN de son fichier de configuration opérateur (carrier bundle). En revanche, les iPad cellulaires n’ayant pas de tel fichier (Free Mobile étant le seul opérateur à ne pas le distribuer), la détection peut se faire nativement avec une fiabilité comparable à F.M. Netstat sur Android avec une consommation Internet nulle. (petit clin d’œil à Free, l’arrivée de la génération A2 sur iPhone ne dépend que d’eux). Note : Il en va de même pour le mystérieux réseau 208 16, c’est à Free de le déclarer à Apple pour que FMobile le prenne en charge.