Carlyle Capital au bord de la faillite

Le fonds submergé par 16,6 milliards de dettes a indiqué jeudi qu’il n’avait pas trouvé d’accord de refinancement avec ses créanciers, qui devraient prendre le contrôle de ses actifs.

La fin est proche pour Carlyle Capital Corporation. Le fonds américain créé en août 2006 n’a pas réussi à s’accorder avec ses créditeurs pour son refinancement. «Le groupe n’a pas été en mesure de trouver un accord qui soit dans l’intérêt mutuel pour stabiliser sa situation financière», a expliqué le fonds. Il précise que ses créanciers devraient s’approprier ses actifs dans un court délai. La filiale de Carlyle Group enregistrée à Guernesey tire donc sa révérence, victime de la crise du subprime.

Le fonds a précisé dans un communiqué publié jeudi qu’il a «au total fait défaut sur environ 16,6 milliards de dollars de dettes», et que l’ensemble de ses actifs devraient bientôt connaître le même sort. Actuellement, Carlyle conserve le contrôle des seuls prêts immobiliers RMBS, dans le secteur résidentiel.

La chute du fonds a été rapide. Mais dès la fin janvier, le groupe avait déployé une stratégie de repli. «A très court terme, nous allons nous concentrer sur la préservation du capital que nous ont confié nos investisseurs, réduire le montant des leviers que nous utilisons et obtenir de nouvelles sources de financement», avait indiqué le groupe dans le communiqué de présentation de ses résultats annuels, qui faisait état de 34 millions de dollars de revenu net en 2007, amputé de 48 millions de dollars de pertes au troisième trimestre. La plupart des créances hypothécaires détenues par le groupe étaient en effet assurées par Fannie Mae et Freddie Mac, les deux principaux rehausseurs de crédits frappés par l’effondrement du marché immobilier aux Etats-Unis.

L’ampleur des difficultés de Carlyle Capital Corporation a transparu il y a quelques jours, quand le fonds avait indiqué ne pas pouvoir honorer des appels de marge pour 400 millions de dollars. Dans la perspective d’un nouvel appel de marge d’environ 97,5 millions de dollars, les négociations pour son renflouement se sont enlisées hier. Carlyle Capital Corporation a conclu son communiqué en précisant que «la situation collatérale de la compagnie a tellement changé que le succès d’un renflouement n’est plus envisageable». C’est donc avec résignation qu’il attend désormais son démembrement par ses créanciers.

Annonce de la faillite de la filiale de fonds d’investissement Carlyle Capital Corporation (CCC) suite à la crise du subprime le 13 mars 2008, ce qui n’aurait "pas d’impact mesurable" sur la situation financière du Groupe Carlyle.

Source : Le Figaro