Mobile, ADSL, fibre etc : quel réseau de Free est le plus énergivore ?

Mobile, ADSL, fibre etc : quel réseau de Free est le plus énergivore ?

Les consommations électriques des réseaux d’Iliad sont en hausse en 2018. Inévitable puisque l’opérateur poursuit le déploiement de son réseau mobile et FTTH.

C’est un état de fait, le développement de la maison-mère de Free nécessite le déploiement d’infrastructures énergivores. "Dans un contexte de fort accroissement des usages et des déploiements, la consommation énergétique des éléments de réseau a cru en 2018 et continuera de croître au cours des prochaines années avec notamment la poursuite du déploiement des réseaux FTTH et mobile, ainsi qu’au développement de l’activité Datacenter", indique aujourd’hui l’opérateur. 

Dans le détail, si les activités de Free ont un impact environnemental relativement limité par rapport à d’autres activités industrielles, les consommations électriques du réseau pour l’année 2018 sont de 546 GWh, en hausse de 70 GWh sur l’année. Le réseau de Free Mobile, soit 14 500 sites à fin 2018, est de loin le plus gourmand (51,3%), devant le réseau adsl (22,6%) et les datacenters (17,7%). Les infrastructures FTTH sont ainsi les moins énergivores tout comme le coeur de réseau de l’opérateur.

 

 La consommation énergétique officielle du réseau : % des consommations électriques par sous élément de réseau.

Ainsi, avec deux tiers de ses émissions de CO2, la consommation énergétique des réseaux représente un enjeu principal selon Iliad. Ces émissions sont liées à la consommation d’électricité, pour la quasi-totalité mais aussi à l’utilisation de gaz réfrigérants pour le refroidissement des infrastructures de Cœur de Réseau et d’hébergement ou encore à de très faibles consommations de fuel utilisées pour alimenter des groupes électrogènes devant palier à d’éventuelles coupures d’électricité dans ces mêmes infrastructures.