Fibre, mobile… Où en est Free dans ses objectifs ?

Fibre, mobile… Où en est Free dans ses objectifs ?

Avant la rentrée, Univers Freebox propose une mise au point sur les objectifs de Free et de sa maison-mère Iliad et de l’avancée de l’opérateur.

Plutôt lièvre ou tortue ? Free s’est fixé plusieurs objectifs en 2019 en lançant son plan Odyssée 2024, notamment en terme de déploiement de réseau et de recrutement d’abonnés. Deux ans après avoir annoncé ces lignes directrices et les avoir fait évoluer, où se trouve Free vis à vis de chaque but qu’il s’est fixé ?

Déployer et recruter sur la fibre : Free semble confiant

L’opérateur voit grand en terme de recrutement, puisqu’il souhaite atteindre les plus de 5 millions d’abonnés Fibre en 2023. Après avoir mis pas moins de 12 ans pour franchir le cap du 1er million d’abonnés, puis 18 mois pour atteindre les 2 millions et moins de 12 mois pour les 3 millions, l’opérateur de Xavier Niel prépare déjà l’arrivée de 4 millions d’abonnés au plus vite.

Il faut dire que depuis l’année dernière, l’opérateur multiplie les offres alléchantes, entre la Freebox Pop qui se veut accessible tout en proposant des services de qualité, mais aussi l’offre premium Delta + Pop ou encore depuis le mois dernier l’opportunité de prendre un player Apple TV 4K à moitié prix. Si l’impact de cette offre très récente ne peut pas être observé à l’heure actuelle, Free comptabilisait fin juin 3,318 millions d’abonnés, après en avoir recruté 247 000 supplémentaires en sur un trimestre.

En imaginant que Free continue de gagner exactement le même nombre d’abonné chaque trimestres, l’opérateur de Xavier Niel recruterait alors 1, 729 millions d’abonnés supplémentaires d’ici au premier trimestre 2023. De quoi atteindre donc son objectif sans craintes, d’autant plus avec le lancement des nouvelles offres Freebox + Apple TV 4K qui, avec son tarif séduisant, devrait aider au recrutement.

Autre objectif tout aussi important côté internet fixe : le déploiement de la fibre sur l’ensemble du territoire français. L’opérateur entend bien avoir déployé 30 millions de prises raccordables à la fibre à fin 2022. Fin juin, l’opérateur en comptabilisait 22.7 millions, après en avoir déployé 1.6 millions supplémentaire entre le premier et le second trimestre 2021. Le FAI a finalisé la couverture horizontale des Zones Très Denses en 2018 et a quasiment finalisé le raccordement vertical avec un ratio de 96%. Cependant, pour atteindre son objectif, Free devra accélérer la cadence en terme de déploiement, notamment en signant et finalisant des accords avec différents RIP pour rendre ses offres fibre encore plus accessibles. 

Toujours vers une transformation de sa base d’abonnés mobile

Depuis des années, Free cherche à réduire la part d’abonnés au forfait à 2€/0€ au profit de son forfait historique à 19.99€/15.99€.  L’opérateur entend ainsi atteindre 80% d’abonnés à son forfait 4G/5G en 2024.

Plusieurs leviers sont activés en ce sens. Le premier bien sûr fut l’instauration du forfait Série Free, offre permettant de bénéficier d’une enveloppe de data réduite (entre 60 et 90 Go) pour un tarif préférentiel la première année avant de basculer vers le forfait historique et ses 150 Go de data. Autre moyen de séduction : la convergence Freebox + Free Mobile, permettant d’accéder à la data illimitée en 4G/5G pour 15.99€ pour tous les abonnés Freebox à l’exception des détenteurs de Freebox Pop. Puisqu’en lançant sa toute dernière box, l’opérateur frappait fort en proposant son forfait illimité à 9.99€/mois si vous êtes abonné Pop.

Dernier levier activé récemment, la 5G sans surcoût bien sûr. Alors que les trois concurrents proposaient des forfaits spécifique 5G, l’opérateur de Xavier Niel a pour sa part opté pour une intégration directe de la nouvelle génération de téléphonie mobile dans son offre la plus onéreuse. En juin dernier, l’opérateur continuait sa transformation, car s’il perdait 36 000 abonnés en tout, ces pertes sont contrebalancées par l’adoption du forfait Free par 97000 nouveaux abonnés.  A l’heure actuelle, 65.6% des abonnés Free Mobile le sont sur ce forfait, contre 64.69% au trimestre précédent, il reste encore du chemin à parcourir.

Côté déploiement, l’opérateur s’est fixé pour but d’atteindre plus de 25 000 sites en 2023. Sur la 5G, l’opérateur est bien en avance avec 17 991 sites autorisés au premier août 2021 et un total de 22 596 sites 4G autorisés. A noter cependant que la majorité des sites 5G comptabilisés sont compris dans le nombre de sites 4G.  S’il est encore loin derrière Orange concernant le nombre total de sites déployés, l’opérateur de Xavier Niel réduit l’écart avec ses deux autres concurrents. Il reste à voir si le rythme continuera d’être soutenu pour atteindre le pallier en 2023, mais à raison d’entre 100 et 200 sites déployés par mois avec parfois des pics bien plus élevés, Free devrait relever le défi.