Un chroniqueur de TPMP s’emporte face à une accusatrice de Christian Quesada

Un chroniqueur de TPMP s’emporte face à une accusatrice de Christian Quesada

<>

Hier soir, lors du talk-show de C8, Cyril Hanouna recevait Emeline une ancienne candidate des 12 coups de midi, qui a livré son témoignage contre Christian Quesada.

Emeline a participé au jeu télévisé de Jean-Luc Reichmann en juillet 2016, lors du tournage de l’émission cette dernière sympathise avec Christian Quesada qui est « maître de midi » depuis plusieurs jours.

Suite à son élimination, Emeline raconte : « Il m’avait retrouvée sur Facebook et Twitter et il m’avait envoyé un message privé » s’enchaîne des échanges entres les deux candidats pendant plusieurs mois à parler « de tout et de rien. De nos vies. On prenait des nouvelles. On avait des échanges amicaux sans équivoque » Janvier 2018, l’attitude de M Quesada change lorsqu’il lui propose de lui envoyer des photos de son sexe, « Il me racontait qu’il était tombé sur une plaque de verglas, qu’il s’était ouvert le front, avait sept points de suture et qu’il s’était tordu le kiki (…) il m’a envoyé trois photos de son pénis pour me montrer ».
 La candidate dit se sentir mal de ne pas avoir « vu le caractère sexuel de son message. Je me suis pris une claque, parce que j’ai le sentiment d’avoir été manipulée" » 

Le témoignage d’Emeline a suscité une réaction assez tranché de la part du chroniqueur Raymond Aabou : "Je t’en veux, car c’est avant qu’il fallait venir le dénoncer. Aujourd’hui, c’est trop tard de venir sur le plateau. Soit ce qu’il t’envoie te déplaît et dans ce cas, tu le bloque ou tu le dénonces, mais tu ne viens pas des mois après sur le plateau de l’émission", et que cela n’a aucun sens de venir raconté son histoire maintenant sur le plateau de TPMP. Un écart de comportement que Cyril Hanouna s’est empressé de rectifier "Tu racontes vraiment n’importe quoi ! Tu dis n’importe quoi", "Tu dis d’énormes conneries […] tu ne peux pas lui reprocher d’être venue sur le plateau. Les mecs qui disent ’J’aurais j’aurais j’aurais… Quand tu seras victime comme Emeline, on verra ce que tu feras. Pour l’instant, c’est tout."