Raccordement fibre optique : les opérateurs prêts à innover pour lutter contre les malfaçons

Raccordement fibre optique : les opérateurs prêts à innover pour lutter contre les malfaçons

Le plan de bataille vient d’être livré, la Fédération française des télécoms veut améliorer la qualité des raccordements fibre optique.

En finir avec les plats de nouilles pour redorer l’image de la fibre. Les divers dysfonctionnements relevés par les utilisateurs ternissent l’idée que se font les abonnés de la fibre optique pour la FFT, qui regroupe Orange, Bouygues Telecom et SFR. Afin de pallier à cela, les opérateurs membres de la fédaration ont rendu ce mardi un livre blanc avec diverses pistes pour en finir avec les malfaçons.

Développer de nouveaux outils

Parmi ces mesures, les opérateurs présentent notamment des avancées pratiques appliquées sur le terrain. Notamment une nouvelle forme d’ingénierie au sein des armoires de mutualisations, soit forme en “M”. D’après la FFT, cette nouvelle organisation permet un brassage plus fluide et “intuitif grâce à un code couleur des cheminements“. Pour plus d’efficacité, il “apparaît nécessaire que ce nouveau système soit introduit à l’occasion de nouveaux déploiements, ou lors des travaux de rénovation du réseau“pour les opérateurs.

Une autre solution déjà testée est proposée afin d’éviter les malfaçons durant les entretiens des armoires fibre. Orange, SFR et Bouygues préconisent la généralisation des comptes rendus photographiques. Grâce à “la prise de photos horodatées avant et après chaque intervention” il sera possible “de contrôler la qualité du travail réalisé par les intervenants et de détecter rapidement l’apparition de malfaçons“.

Cependant, cet outil n’est pas la panacée : il est par exemple impossible de “s’assurer que les positions optiques occupées sont conformes à ce qui est prévu” pour un contrôleur, déplorent les opérateurs. Si ce type de dysfonctionnement complexe intervient, les opérateurs proposent ainsi ” une solution unique de marquage de jarretières, exploitable au travers d’une photo, qui pourrait permettre de contrôler à distance la cohérence des référentiels avec le terrain“.

Orange et consorts envisagent également l’utilisation d’une application nommée “e-Mutation”. Cette dernière permettrait aux techniciens travaillant pour divers opérateurs d’améliorer leur visibilité sur les routes optiques empruntées par une armoire. Une appli collaborative donc, permettant à tous les opérateurs de détecter des problèmes dans chaque structure.

« Les modalités opérationnelles actuelles ne répondent pas à ces enjeux : les échanges sont effectués par courriel, ce qui ne permet pas une gestion industrielle » expliquent-ils. Un outil permettant aux opérateurs de suivre une malfaçon depuis sa notification jusqu’à sa résolution est prévue à cet effet.

Le tout serait bien sûr accompagné d’une formation plus poussée des agents de terrain.

Trop de lacunes dans une base de données cruciales

Enfin, les opérateurs regrettent que la Base d’Adresses Nationales (BAN), référençant l’adresse de l’intégralité des locaux fibre en France ne soit pas encore améliorée. Exploitable par tous les opérateurs, elle est critiquée pour des lacunes, notamment concernant les locaux situés en zones rurales. Ainsi, les opérateurs font directement appel aux collectivités en charge de cette base de donnée.

« Il est indispensable que les collectivités se dotent rapidement d’un référentiel d’adresses complet », expliquent les opérateurs, qui se basent sur ces informations dans leurs opérations de raccordement. Et de relever qu’« un référentiel distinguant avec précision les logements d’une même adresse permettrait de s’assurer qu’aucun logement n’est oublié, faciliterait la commercialisation de la fibre et limiterait les risques d’échec de raccordement et de malfaçons ».

A l’heure où plus de 10 millions de Français sont abonnés à la fibre optique, la résolution de ces problèmes est l’une des priorités des opérateurs commerciaux. De leurs côtés, les opérateurs d’infrastructure ont déjà souscrit à plusieurs engagements, notamment en améliorant la qualité de leur sous-traitance.  Le déploiement avance à vitesse grand V et les telcos semblent déterminés à respecter leurs objectifs sans qu’ils ne soient bâclés.

Source : via ZDnet