Ligue 1 : insatisfait, Canal+ prépare une action judiciaire

Ligue 1 : insatisfait, Canal+ prépare une action judiciaire

Deux semaines après avoir annoncé retirer Canal+ de la Ligue 1, son patron Maxime Saada est revenu sur les propositions faites à la LFP.

Canal+ avait de grandes ambitions. Le PDG de la chaîne cryptée s’est adressé jeudi à la rédaction de Canal+ Sport, exposant la dernière proposition en date faite à la LFP, avant que cette dernière n’attribue 80% des match à Amazon. La filiale de Vivendi n’entend pas en rester là.

Une procédure envisagée

Si Maxime Saada avait déjà totalement exclu la Ligue 1 lors de la présentation de sa grille sport durant l’assemblée générale de Vivendi, rien n’est encore définitivement acté. Cependant, une nouvelle procédure judiciaire devrait être engagée très prochainement sur le fameux lot à 332 millions pour les deux affiches du samedi après midi et dimanche soir.

En effet, pour rappel, l’offre retenue par la LFP prévoyait ainsi d’accorder la diffusion de deux affiches au choix pour Canal, moyennant 332 millions d’euros et d’accorder le reste à Amazon, soit 80% des match. L’affaire est donc loin d’être terminée.

Canal+ en demandait beaucoup

L’offre initiale de Canal était, en faisant équipe avec beIN Sports, de 595 millions d’euros hors part variable pour deux affiches diffusées sur la chaîne cryptée et le reste sur beIN, qu’elle distribue. Cependant, cette proposition venait avec des conditions bien particulières. D’après les informations de RMC Sport, la chaîne cryptée avait également réclamé l’obtention du “naming” à partir de la saison 2022 pour une “Ligue 1 Canal+” mais pas seulement.

La filiale de Vivendi réclamait également des parts dans la future société commerciale de la LFP, mais aussi l’installation de micros sur les arbitres et de caméras dans les vestiaires, tout en récupérant des droits étrangers et en ayant un accès aux clubs pour la réalisation de documentaires. Le tout, sans contrepartie financières.

Ces demandes ont pu ainsi refroidir la LFP, en plus de l’attente imposée par la chaîne cryptée et des 60 millions proposés par Amazon, ce qui a pu pousser le football français à se tourner vers une valeur sûre et solvable : Amazon.