Les opérateurs à l’heure de l’énergie verte, SFR annonce “un choix pionnier” sur son réseau

Les opérateurs à l’heure de l’énergie verte, SFR annonce “un choix pionnier” sur son réseau

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe chez Orange, Free, Bouygues et SFR. L’opérateur au carré rouge ambitionne d’alimenter 50 % ses sites télécoms en énergie verte.

Atteindre la neutralité carbone d’ici 2035 pour certains et 2040 pour d’autres tel est l’objectif commun des quatre grands opérateurs français. Ces derniers mois, tous ont dévoilé leurs engagements pour le climat. Avec comme mission principale, l’amélioration de l’efficacité énergétique de leurs réseaux fixes et mobiles, grâce entre autres  au basculement vers la fibre et la 5G, moins énergivores. Cela passera aussi par les énergies vertes. En 2021 par exemple, Iliad-Free prévoit d’utiliser 100% d’énergies renouvelables garanties pour les approvisionnements du groupe. En signant en avril dernier un contrat majeur d’électricité verte avec Total, Orange apparaît en cohérence avec ses objectifs qui visent la réduction de 30% ses émissions de CO2 directes par rapport à 2015 et l’intégration de 50% d’énergies renouvelables dans son mix électrique à horizon 2025.

SFR : de l’énergie verte pour sa 5G à Lille

Pour sa part, SFR a annoncé le 20 mai  l’alimentation de ses sites 5G en énergie renouvelable, “un choix pionnier”. Pour ce faire, l’opérateur a noué  un partenariat avec Total Direct Energie afin d’alimenter dès juillet 2021 à Lille plus de 160 sites 5G en électricité produite grâce à des barrages hydroélectriques, des éoliennes ou des panneaux solaires. “Cette nouvelle action vient enrichir le plan en faveur de l’environnement « J’avance avec Altice », dont une des mesures phares mise en œuvre dès janvier 2021 consiste à alimenter 50 % des sites télécoms du groupe en énergie renouvelable grâce au partenariat entre SFR et ekWateur, fournisseur alternatif d’énergie français”, a fait savoir l’opérateur au carré rouge.

Bouygues Telecom choisit aussi l’éolien et l’hydraulique

De son côté, Bouygues Telecom précise aujourd’hui sa stratégie Climat 2020-2030 pour réduire ses émissions carbone. Parmi ses trois objectifs majeurs, la réduction de 50 % ses émissions directes d’ici 2030 et de 30 % ses émissions indirectes. Mais aussi le financement des énergies renouvelables à hauteur de plus de 50% de sa consommation dès cette année. L’opérateur annonce avoir choisi de s’approvisionner  avec EDF en énergie verte issue de l’éolien et de l’hydraulique au détriment du solaire , “car les émissions liées à leur fabrication et leur fin de vie sont plus faibles que d’autres et disponibles sur le territoire français.”

Bouygues Telecom assure mettre en place des stratégies d’efficacité énergétique de son réseau mobile de longue date car l’exploitation de ses réseaux fixe et mobile d représente le poste le plus significatif de sa consommation énergétique. “Cette dernière croît en valeur absolue en raison notamment de l’augmentation des zones couvertes, du niveau de qualité des débits et des usages des consommateurs, mais elle décroît lorsqu’elle est ramenée au téraoctet transporté et au nombre de clients”, indique l’opérateur. Ainsi toutes ces actions d’optimisation sur les installations ont permis de maîtriser l’augmentation de la consommation électrique du réseau mobile par gigaoctet transporté, laquelle a diminué de 29 % entre 2019 et 2020. Parmi les démarches de la filiale de Bouygues, on retrouve notamment l’installation de compteurs intelligents pour développer la mesure en temps réel de la consommation de ses sites et la mise en place de fonctionnalités d’économie d’énergie sur les sites radio.