Antenne-Relais : Les habitants d’une HLM menacent de camper devant chez eux pour éviter la pose de l’antenne

Antenne-Relais : Les habitants d’une HLM menacent de camper devant chez eux pour éviter la pose de l’antenne

Face au projet d’installer une antenne Free sur le toit de leur immeuble, des habitants d’une résidence SHLMR à la Réunion s’assemblent et menacent de camper devant la résidence pour empêcher l’installation. 

C’est à Mont-Roquefeuil, à la Reunion que des habitants de la résidence SHLMR Les Haubans clament ne pas vouloir de cette antenne sur leur toit. Après avoir fait circuler une pétition regroupant 150 signatures, les habitants menacent de faire encore plus barrage à cette nouvelle arrivante dans leur résidence. 

Une mauvaise surprise pour les habitants.

Daysie Lim Su Kwain porte-parole des habitants mécontents a résumé l’affaire ainsi : "Début février, nous avons découvert des ouvriers sur le toit. Nous avons d’abord pensé à des travaux d’entretien avant de découvrir qu’il s’agissait de la pose d’une antenne-relais pour un opérateur de téléphonie mobile."

Une très mauvaise surprise pour ce groupe de résidents ; très frileux face au projet et craignant les nuisances supposées des ondes produites par ce type d’antenne-relais. La résidence a ainsi délivré le 11 février dernier à chaque habitant une lettre explicative qui ne parviendra cependant pas à calmer les résidents. L’installation est donc ciblée par une opération de blocage qui aura lieu, selon le groupe s’opposant au projet, dès mardi 19 février : date de la reprise des travaux.

Une résidence qui affirme être dans les clous

Laurence Lucas, directrice de l’agence immobilière en charge de la résidence confirme la présence d’un document faisant état du projet affiché du 7 septembre au 7 novembre 2018. Le document était constaté par huissier et rendait possible de déposer un recours dans les deux mois. 

D’après la directrice d’agence, une rencontre entre les habitants et les divers acteurs du projet (dont les représentants de l’opérateur" avait été proposée le 6 février. Laurence Lucas affirme avoir déposé sa carte de visite dans les boîtes aux lettres ,mais ne pas avoir été contactée concernant cette réunion. 

"Si nous avions le moindre doute sérieux sur leur nocivité, nous nous y opposerions bien sûr" insiste-t-elle tout en explicitant les choix techniques réalisés par les opérateurs quant au choix de leurs antennes. 

Des arguments qui peinent à convaincre les habitants qui considèrent que la priorité du bailleur devrait plutôt être "l’entretien de son patrimoine" plutôt que de "favoriser la pose d’antenne-relais".

Source : Le Quotidien de la Réunion (version papier)