Orange, Free, Bouygues et SFR : les revenus des opérateurs baissent pour la première fois en 2018

Orange, Free, Bouygues et SFR : les revenus des opérateurs baissent pour la première fois en 2018

Comme chaque trimestre, l’Arcep livre son bilan du marché des communications électroniques dans l’hexagone.

Principal enseignement du troisième trimestre selon le régulateur, le revenu des opérateurs recule pour la première fois en 2018. Sur le marché final, celui-ci atteint 8,9 milliards d’euros HT, soit une diminution de 1,3% en un an et ce après une stabilité au premier semestre de l’année. L’explication, ce recul provient principalement de la baisse plus intense du revenu des services fixes ce trimestre (-1,7% en un an contre -1,2% environ les deux trimestres précédents), lequel constitue 48% de l’ensemble des revenus. "A cela s’ajoute une diminution des revenus annexes et, en particulier, de celui des revenus des terminaux mobiles (814 millions d’euros HT) qui baisse pour la première fois en 2018 (-3,3%)", justifie la police des télécoms avant d’ajouter que celui des services à valeur ajoutée est en recul depuis plus de six ans (-16,4% en un ce trimestre).

Seul motif de satisfaction, le seul poste de revenu en croissance au troisième trimestre est celui des services mobiles (+1,1% en un an), tiré par la vente des forfaits (+2,3%).

Trois nouveaux abonnements fixes très haut débit sur quatre sont en fibre optique de bout en bout au troisième trimestre

Il faut le mettre en exergue. Au troisième trimestre, le nombre d’accès internet à haut débit soit 20,6 millions sur la période, composé en majorité de forfaits DSL, continue de diminuer à un rythme de plus en plus soutenu soit une baisse de 1,2 million en un an contre près de deux fois moins au troisième trimestre 2017. "Ces accès sont progressivement remplacés par ceux à très haut débit (8,4 millions, +1,9 million en un an), et en particulier par ceux en fibre optique de bout en bout dont la croissance s’intensifie (4,3 millions, +1,4 million en un an contre +1,0 million un an auparavant)", révèle l’Arcep. Ces derniers représentent aujourd’hui 15% des accès internet, et 52% des accès à très haut débit. 
Au total, trois abonnements fixes très haut débit sur quatre, souscrits sur cette période, sont en fibre optique de bout en bout.