Attaqué par Free sur le subventionnement de mobiles, Orange prépare une solution de rechange

Attaqué par Free sur le subventionnement de mobiles, Orange prépare une solution de rechange

Orange va lancer en 2019 une offre de financement de smartphones par le biais de sa banque mobile.

En plein combat judiciaire face à Free, lequel l’a attaqué en juin dernier sur ses offres de subventionnement de mobiles, Orange prévoit dès l’année prochaine de proposer via sa banque mobile un crédit à tous ceux désirant obtenir un financement pour s’offrir un smartphone.

Après avoir atteint les 200 000 abonnés un an après son lancement, Orange Bank prévoit ainsi d’enrichir son catalogue de services. Alors que l’opérateur historique vend 5 millions de mobiles par an, le directeur général d’Orange Bank estime dans les lignes du Parisien qu’il y a "probablement des gens, qu’ils soient des clients d’Orange Bank ou pas, qui ont besoin de financer ces appareils qui peuvent coûter plus de 1000 euros". En partant de ce postulat, Paul de Leusse a annoncé le lancement l’année prochaine d’une offre de financement s’étalant sur plusieurs mois afin de répondre à cette problématique. Une manière en substance de proposer une solution de rechange aux abonnés mobiles en France au cas où le subventionnement de mobile venait à être interdit.

Vers la fin du subventionnement de mobiles ?

L’opérateur de Xavier Niel en a fait son combat. A la suite d’une saisie de la cour de cassation par Free, celle-ci a lancé un énorme pavé dans la mare en mars dernier, en estimant que le subventionnement des terminaux dans le cadre de forfaits mobiles était en réalité une facilité de paiement constitutive d’un crédit à la consommation méconnaissant les obligations légales. SFR, contre qui la plainte était tournée, et qui utilise cette pratique, est depuis tenu d’appliquer les dispositions du code de la consommation s’imposant au professionnel qui accorde à ses clients une facilité de paiement. Une première victoire pour Free mais pas la fin de la guerre pour autant puisque cette décision n’a pas eu d’impact sur les offres d’Orange et Bouygues qui utilisent le même système. Après l’opérateur au carré rouge, Free est passé en juin dernier à l’offensive avec Orange, mais à la différence de SFR, ce sont des offres actuelles qui sont visées.