Le classement 3DMark exclu plusieurs modèles pour cause de tricherie

Le classement 3DMark exclu plusieurs modèles pour cause de tricherie

Le Oppo Find X et le F7 , tout comme les Huawei P20 et P20 pro ont été bannis du benchmark 3DMark car soupçonnés de tricher sur l’évaluation de leurs capacités. 

Le 3DMark, un logiciel qui met en évaluation les puissances graphiques d’un téléphone ou d’un PC, établit un classement des téléphones bien connus des technophiles pouvant les orienter sur l’achat d’un smartphone. C’est donc un puissant argument marketing sur lequel toutes les marques peuvent s’appuyer puisqu’il s’agit d’une évaluation extérieure et donc neutre. 

Cependant, quelques mauvais élèves se glissent parfois dans cette évaluation et c’est maintenant public : Oppo en fait partie. En effet, les smartphones mis en cause sont soupçonnés de posséder un programme détectant le benchmark pour ainsi pousser davantage les capacités du modèle. C’est en effectuant un comparatif grâce à un logiciel privé que 3DMark s’est rendu compte que les résultats différaient énormément entre les deux logiciels (jusqu’à 41%). 

Une fonctionnalité qui était pourtant, d’après la firme, destinée au boost des capacité en cas de lancement d’applications nécessitant de la 3D ou même lorsque l’on fait usage de son smartphone très régulièrement. Ce à quoi l’éditeur de logiciel réponds qu’il regrette que le processus implique de rechercher le nom du benchmark. 

C’est loin d’être rare que certains smartphones cherchent à modifier leurs résultats sur ce genre de classement. Parfois à raison puisque le Oppo Find X était septième sur le classement avant d’être banni définitivement. D’après Huawei, épinglé en septembre pour avoir triché sur ses P20 et P20 pro, tout le monde le fait et particulièrement en Chine et falsifier ses résultats seraient la seule manière d’être compétitif. Un cercle vicieux en somme : ils trichent donc nous trichons, donc ils trichent… 

Ce genre de pratiques, aussi condamnables soient elles, révèlent bien que la compétitivité est rude sur ce marché et pousse à certaines malhonnêtetés. Cependant, cela révèle aussi que les utilisateurs se fiant à ce genre de classements devraient se méfier un peu des chiffres et ne pas les prendre pour acquis.

Sources : Eres Numérique