Freezone S'inscrire

Consolidation : pour L’ARCEP, le secteur fonctionne à quatre opérateurs, "nous ne voulons pas d’un simple partage de gâteau entre milliardaires"

Dans un entretien pour La Tribune, le président de l’Autorité de régulation des télécoms , Sébastien Soriano, est revenu sur un sujet qui agite à nouveau le petit monde des télécoms depuis plusieurs mois : le retour à trois opérateurs pour que, selon ces derniers, le secteur puisse supporter les efforts d’investissements à venir.

Sébastien Soriano s’inscrit en faux quant à la déclaration estivale du PDG d’Orange, Stéphane Richard, selon laquelle une consolidation est "inévitable". Pour le président de l’ARCEP, "structurellement, le secteur peut fonctionner à quatre. Il n’y a aucune impossibilité." C’est parce que les opérateurs ont décidé de se livrer une guerre sans merci sur les prix à coup de promotions agressives et reconduites inlassablement qu’ils assurent que sans une consolidation ils ne pourront pas en 2019 soutenir les investissements nécessaires à l’accélération du déploiement de la fibre optique et au lancement de la 5G. "C’est cette situation qui leur fait dire, maintenant, que les investissements que le gouvernement et l’Arcep les poussent à faire ne sont plus soutenables ! Or, depuis mon arrivée, nous ne leur avons jamais dit que leurs prix étaient trop élevés".

Pour le président de l’ARCEP la guerre des prix est allée trop loin et il se demande si elle "ne vise pas à faire trébucher un maillon faible pour pousser à une consolidation ? Il y a un aspect potentiellement stratégique dans ce que nous observons sur ce marché, avec un effet possiblement autoréalisateur."

Enfin, Sébastien Soriano qui avait entrouvert la porte à un retour à trois opérateurs en ne se disant plus hostile à une consolidation tente désormais de faire en sorte que les gonds de la porte ouverte ne cèdent pas sous les coups de bélier que donnent dedans les opérateurs et les analystes.

Après avoir constaté une augmentation des investissements (+37% en 3 ans), "je ne pouvais plus être fermé, par principe, à une consolidation. Pour autant, cela ne veut certainement pas dire que j’y suis favorable, et encore moins demandeur. Ne comptez pas sur moi pour applaudir n’importe quel projet de consolidation qui pourrait surgir... Une réduction du nombre d’acteurs, cela peut être néfaste" déclare-t-il. Si un scénario venait à se concrétiser, l’ARCEP ainsi que l’Autorité de la concurrence veilleront à ce que cela soit "gagnant pour le pays et pour les Français. Nous ne voulons pas d’un simple partage de gâteau entre milliardaires.

 

 

 

Source : La Tribune 

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (24)
Afficher les 18 premiers commentaires...
Posté le 14 septembre 2018 à 21h30

Oui, mais on (Pas Xavier) fait ici comme ailleurs une question centrale du nombre d'opérateurs sur le marché français. C'est juste un raisonnement digne de la ligne maginot.

Posté le 15 septembre 2018 à 02h45

Je ne comprend pas : ils vendent à perte ? On martèle qu'ils perdent de l'argent et qu'ils ne peuvent plus investir dans l'infrastructure ?

Mais ils font pourtant des bénéfices. Ils installent tous les jours de nouvelles antennes, le pays est pratiquement couvert en 4G et on attaque la 5G.

Je crois au contraire que les télécoms prospèrent.

Posté le 15 septembre 2018 à 18h09
Titoune 68 a écrit
miami-sun a écrit Perso je pense aussi qu'il un retour à trois opérateurs est forcément inévitable sur le long terme. Biensur que cette guerre des prix est cool pour les consommateurs mais a la longue elle va nuire à l' investissement et à la qualité des réseaux. Je suis pour un retour à 3 mais il faux que les différentes autorités restent vigilante sur l' augmentations des prix et la qualité de service. Le plus en danger reste assurément Bouygues Telecom qui n' a presque pas de réseau fixe et qui a la box la plus pourri du marcher. Si ils ne rachète pas SFR ça risque de vite devenir compliqué pour eux sur le long terme.
Votre analyse est juste, mais pour le mobile ça risque aussi de devenir compliqué pour Free vu sa couverture de territoire par rapport aux autres et que l’itinérance inutilisable reste omniprésente même en zones couvertes.

Le problème de la couverture n'en est pas un puisque bientôt le réseau se densifiera encore plus!!!

Posté le 15 septembre 2018 à 21h07
Super Dupont a écrit
Bonsoir, Croire que passer à 3 opérateurs permet d'augmenter les prix et les marges est juste un non-sens. si les opérateurs décident de "recruter" pour augmenter leur part de marché, ils pourraient aussi bien le faire à 3 qu'à 4. En vérité, revenir à 3 opérateurs ne fait que faciliter une entente sur les prix, ce qui est néfaste pour le consommateur. cette entente sur les prix rapportera plus à l'actionnariat (politiques axées sur le dividende) qu'à l'investissement. La véritable solution est de rester à 4 opérateurs, mais que ces 4 opérateurs prennent des parts de marché dans l'union Européenne et à l'international. En effet, je trouve curieux qu'à l'heure de la globalisation, ce ne soit pas le raisonnement privilégié. Pour assainir le marché, il faut de plus définitivement séparer Orange de France-Télécom, partie s'occupant des infrastructures. Cdt

Il y a longtemps que FT n'existe plus.

Je suppose que tu es un stratège du dimanche? 

Posté le 16 septembre 2018 à 15h36

Ahhhh, les 4 opérateurs/milliardaires !!!

Et après ça, ils se plaignent ?

Ce sont qui les pigeons ? .... (tous opérateurs confondus, car aujourd'hui c'est bien le cas !) frown

Posté le 17 septembre 2018 à 17h40
Super Dupont a écrit
Bonsoir, Croire que passer à 3 opérateurs permet d'augmenter les prix et les marges est juste un non-sens. si les opérateurs décident de "recruter" pour augmenter leur part de marché, ils pourraient aussi bien le faire à 3 qu'à 4. En vérité, revenir à 3 opérateurs ne fait que faciliter une entente sur les prix, ce qui est néfaste pour le consommateur. cette entente sur les prix rapportera plus à l'actionnariat (politiques axées sur le dividende) qu'à l'investissement. La véritable solution est de rester à 4 opérateurs, mais que ces 4 opérateurs prennent des parts de marché dans l'union Européenne et à l'international. En effet, je trouve curieux qu'à l'heure de la globalisation, ce ne soit pas le raisonnement privilégié. Pour assainir le marché, il faut de plus définitivement séparer Orange de France-Télécom, partie s'occupant des infrastructures. Cdt
johanna46 a écrit
Il y a longtemps que FT n'existe plus. Je suppose que tu es un stratège du dimanche? 

Pour être honnête je travaille pour SFR est l'on parle encore de Ft pour différencier la partie liée aux infrastructures de l'opérateur historique de l'opérateur Orange. 

RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour , avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Selon vous, afin qu'il rebondisse, l’urgence pour Free est :