Consolidation des télécoms : les opérateurs feraient mieux d’innover au lieu d’essayer de se racheter les uns les autres pour le Directeur de l’Agence du Numérique

Consolidation des télécoms : les opérateurs feraient mieux d’innover au lieu d’essayer de se racheter les uns les autres pour le Directeur de l’Agence du Numérique

Depuis que Bloomberg a révélé l’existence de discussions entre Bouygues et SFR pour un éventuel rachat du premier par le deuxième, la machine à rumeurs sur une consolidation des télécoms est repartie de plus belle.

Orange et Free se sont dit plutôt favorables à un retour à trois. Le premier estimant qu’il permettrait entre autre de mettre fin aux "promotions ridicules, à des prix qui n’ont aucun sens", le deuxième considérant que en tant "qu’industriels vous souhaitez toujours une consolidation, mais il ne faut pas qu’elle se fasse n’importe comment et à n’importe quel prix".

Le président de l’Autorité de régulation des télécoms, Sébastien Soriano qui considérait qu’un retour à trois opérateurs était "ni nécessaire, ni souhaitable", a d’ailleurs depuis changé son fusil d’épaule, estimant dans un entretien au Monde que comme "l’industrie est au rendez-vous" et que "la page du trou d’air est tourné", il accueillerait "avec bienveillance un projet de consolidation des télécoms".

Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la Concurrence, ne voit pas en quoi cette consolidation serait impérative aujourd’hui, mais assure avoir "des contacts réguliers avec les opérateurs qui nous permettent d’envisager certaines opérations qui pourraient se dérouler".

Interrogé à ce sujet par Univers Freebox, Antoine Darodes, le directeur de l’Agence du Numérique a éclairci sa position. Tout en précisant que la vigilance est de mise et que les autorités de concurrence sont à pied d’oeuvre, il exprime une certaine lassitude quant à la récurrence des rumeurs qui donne l’impression que "le seul but des opérateurs depuis plusieurs mois ou plusieurs années est de se préparer à une consolidation".

Antoine Darodes explique que "cela crée une instabilité permanente du marché qui détourne les opérateurs de l’objectif de se différencier par l’innovation, et qu’il n’y a que comme cela qu’ils vont pouvoir survivre". Et de conclure "ce n’est pas juste une question de fusion et d’agrégation de parcs de clientèle, le sujet n’est plus là à mon avis. Le vrai sujet c’est l’innovation sur l’interface entre l’accès et les services, il serait temps que les opérateurs se concentrent dessus".

Regardez la réponse intégrale de Antoine Darodes, Directeur de l’Agence du Numérique.