La pénurie de fibre optique touche de plein fouet plusieurs départements français

La pénurie de fibre optique touche de plein fouet plusieurs départements français

D’ici 2022, la France doit être couverte à 80% en FTTH mais certains chantiers d’envergure visant à raccorder les foyers français, accusent déjà plusieurs mois de retard, la faute à une pénurie de fibre optique au niveau mondial. Aujourd’hui, cinq départements de Bourgogne-Franche-Comté s’en inquiètent et craignent de ne pouvoir "tenir leurs engagements" en termes de déploiement du très haut débit.

Le retard déjà pris dans la construction des réseaux FTTH, les fait trembler. Rien ne va plus pour la Côte-d’Or, le Jura, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l’Yonne qui ont interpellé le premier ministre à cet égard, rapporte l’AFP. "Les territoires sont touchés de plein fouet par la pénurie de fibre optique au niveau mondial", ont-ils par ailleurs martelé dans un courrier adressé au gouvernement. Leur requête, que l’Etat prenne "des mesures en lien avec les industriels concernés" à l’heure où les tensions sont vives et que seulement 9% des communes françaises sont équipées en fibre optique selon l’Arcep. A noter que ces 5 départements sont tous actionnaires de la société Publique Locale BFC Numérique chargée d’exploiter et de commercialiser en commun les réseaux fibre.

Pour rappel, ce risque de faire entrave au bon déroulement du Plan France Très Haut débit par manque de fibre optique, Le Figaro l’a révélé en avril dernier. Le quotidien avait notamment rapporté que le troisième opérateur chinois a chamboulé le marché mondial, lequel n’a pas anticipé une telle escalade de la demande.

Dans l’hexagone, les prévisions pour le marché du FTTH ont ainsi grimpé de 30 % en un an, les fabricants français comme Acome et Prysmian ne suivent pas et ont dénoncé « un manque de structure du marché ». De son côté, Etienne Dugas, président de la Firip a estimé dans les lignes du quotidien que les industriels n’ont pas « suffisamment anticipé le pic de la demande, qui va générer des tensions jusqu’en 2019/2020. » 

Quoiqu’il en soit les grands opérateurs, à savoir Orange, SFR, Free et Bouygues ont des réserves et ne seront pas touchés par cette pénurie. En revanche, les petits opérateurs locaux et les RIP pourraient être impactés, leurs commandes passant par ailleurs après les quatre grands opérateurs. Par conséquent, ceux-ci pourraient se tourner vers des fabricants de fibre optique chinois, ce qui pourrait nuire à la qualité. 

Néanmoins DASAN France, représentant en Europe d’un équipementier coréen (DASAN Networks) qui importe aujourd’hui pour les RIP du câble coréen (et non pas chinois) et qui intègre toutes les normes et spécificités des câbles français nous a indiqué : « Nos positionnements économique et technique dans ce domaine se situent naturellement dans le prolongement de l’activité concurrentielle de nos équivalents français. Il n’est donc pas opportun comme le prétendent certains, de devoir avoir peur d’une baisse qualitative sur ces équipements essentiels.»