Le patron de TF1 répond à Free qui a annoncé la coupure de son signal

Le patron de TF1 répond à Free qui a annoncé la coupure de son signal

 
Ce soir, Gilles Pélisson, le PDG du groupe TF1, s’est exprimé dans Le Parisien. Il s’est voulu rassurant face à la baisse des audiences et a défendu la position de ses chaînes contre les opérateurs. Il a notamment répondu à la mise sous pression effectuée par Free mardi soir, qui a annoncé, au travers d’un message sur la Freebox, qu’il allait couper le flux des chaînes gratuites du groupe TF1 car il n’avait pas trouvé d’accord pour leur diffusion.
 
Pour Gilles Pélisson, Free met « la pression… Et chacun essaie de montrer ses muscles ! ». Et le PDG de TF1 d’expliquer : « Nous inventons un nouveau modèle, et ça se fait rarement facilement. Mais notre légitimité, c’est la qualité de nos contenus. A TF1 nous enrichissons chaque année notre offre de programmes et nos services, comme le replay étendu. Nous proposons des innovations technologiques comme le «start over », la Coupe du monde en 4K ou la chaîne TF1+1 qui vous permet de voir les programmes décalés d’une heure. Nous créons des emplois grâce à nos tournages, par exemple celui de notre feuilleton « Demain nous appartient » qui fait travailler 350 personnes à Sète… Ces investissements-là ont un prix »
 
Quant au tarif demandé à chaque opérateur, Gille Pélisson a assuré que c’était moins de 20 millions d’euros par an et par opérateur (la somme évoquée dans la presse depuis le début des négociations) mais a pris ce tarif pour expliquer que la somme demandée par TF1 n’était pas importante rapportée à chacun des abonnés : « Refaisons le calcul ensemble avec une hypothèse maximale de 20 millions d’euros par opérateur. Si un opérateur a 5 millions de box, ça fait 4 euros par abonné et par an, soit 33 centimes par mois ! C’est moins de 1% de ce que paye un abonné tous les mois. Et bien inférieur à ce qui se pratique déjà ailleurs en Europe. Et qu’on ne fasse pas croire que ce 1% justifierait une augmentation du prix des abonnements, puisque SFR et Bouygues Télécom ont déjà signé avec nous sans augmenter leurs tarifs »