Canal+ face à TF1 : pas d’accord, pas de signal mais l’espoir d’un dénouement rapide

Canal+ face à TF1 : pas d’accord, pas de signal mais l’espoir d’un dénouement rapide

Même si Canal+ a coupé la diffusion des chaînes gratuites de TF1 sur toutes ses offres, les négociations continuent. Invité ce matin dans Village Médias d’Europe 1, le directeur général de Canal+, Maxime Saada, s’est d’ailleurs montré optimiste mais catégorique.

La passe d’armes est intense mais les discussions continuent. La semaine dernière fut riche en événements. Et c’est Canal+ qui a attaqué en premier, prenant de court TF1. D’abord en l’assignant en justice le 27 février avant de cesser de diffuser les chaînes gratuites de la filiale de Bouygues ainsi que son service de replay, au lendemain de l’échéance de son contrat de distribution. De quoi scandaliser le groupe TF1 qui n’a pas caché son incompréhension, alors qu’il s’était dit enclin à une poursuite des négociations. Invité ce matin dans Village Médias d’Europe 1, le directeur général de Canal, Maxime Saada a tenu à mettre les choses au clair tout en calmant le jeu au sujet de cette guerre ouverte : « nous avons parlé avec Gilles Pélisson, nous échangeons pour trouver une solution avec un accord économique » a t-il indiqué avant d’ajouter avoir « bon espoir de trouver un accord avec TF1 dans les jours prochains. Le signal ne sera pas rétabli sans accord »

Si le groupe Canal+ refuse catégoriquement de payer pour la distribution de chaînes gratuites car cela impacterait d’une manière ou d’une autre ses investissements et ses abonnés (hausses de prix), celui-ci n’est pas contre la rémunération de produits à valeur ajoutée (start over etc) comme c’est le cas dans l’accord qu’il a signé avec M6. En tout cas, la filiale de Vivendi prouve aujourd’hui qu’elle contribue aux audiences de TF1, celles-ci ont baissé ce week-end avec des scores particulièrement bas sur les JT. Cela n’a pas échappé à Maxime Saada qui en a profité pour faire le lien avec les revenus publicitaires : « on voit que les six millions de foyers que représentait Canal et qui ont pesé sur les audiences, montrent que l’on contribue aux audiences de TF1, or TF1 garde 100% de ses revenus publicitaires. Dans le modèle américain, il y a un partage de revenus publicitaires entre les chaînes et les opérateurs ». Nul doute que le DG de Canal+ peut compter sur cet argument afin de peser dans les négociations.