Bouygues Telecom propose désormais d’acheter sa Bbox et de s’affranchir de la location

Bouygues Telecom propose désormais d’acheter sa Bbox et de s’affranchir de la location

Surprenant ou malin ? Si Bouygues Telecom refuse pour le moment de se conformer aux directives de la DGCCRF et d’inclure la location de ses box dans le prix de ses abonnements fixes au même titre qu’Orange, l’opérateur de Martin Bouygues rend désormais disponible à l’achat sa Bbox et permet de s’affranchir de la location.

Ainsi, les nouveaux clients ont désormais le choix, entre débourser 89€ pour l’achat de la Bbox Miami et Bbox ou opter pour la formule habituelle à savoir la location de 3€/mois, toujours affichée en dessous du prix de l’offre sans y être inclus, une mention apparaît en revanche en gras un peu plus bas sur la page pour plus de transparence : "Soit avec location : Bbox Miami+ à 27,99€/mois pendant 1 an puis 40,99€/mois (engagement 1 an), Bbox Miami à 17,99€/mois pendant 1 an puis 30,99€/mois (engagement 1 an), Bbox à 7,99€/mois pendant 1 an puis 22,99€ (engagement 2 ans)." 

L’opérateur ne donne par contre aucune indication sur les modalités de prise en charge en cas de panne après achat. 

Pour rappel, les opérateurs avaient jusqu’au 1 février 2018 pour se mettre à la page, et inclure la location des box dans le prix de leurs abonnements. Aujourd’hui, seul SFR joue le jeu en rejoignant Free, Orange et Bouygues font de la résistance. 

En septembre dernier, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a envoyé un courrier à SFR, Bouygues Telecom et Orange leur demandant d’afficher dorénavant le tarif "tout compris" . Leur était imploré de se conformer à la loi (arrêté du 3 décembre 1987) et ainsi de présenter une information complète au consommateur sur tout support. La mise en demeure de la DGCCRF était on ne peut plus clair : “dans le cas où une offre d’accès internet fixe proposée au consommateur comporte la location payante d’une box, le prix annoncé dans vos publicités et communications commerciales doit indiquer la somme totale qui devra être effectivement payée par le consommateur”.

L’UFC Que-Choisir s’est intéressé récemment aux deux récalcitrants. Le magazine a pointé deux avantages à cette pratique dont l’un est la conséquence de l’autre : permettre d’afficher des prix d’appel plus bas et également se trouver en bonne position dans les comparateurs de prix.

Les deux opérateurs qui campent sur leurs positions, comme l’explique l’UFC Que Choisir, se basent sur un avis du Conseil national de la consommation (CNC) de 2006 dans lequel est précisé que le prix de la location doit figurer “dans une taille de caractères significativement supérieure à celle utilisée pour les mentions légales” en omettant de tenir compte d’une autre partie de cet avis que le magazine lui cite et qui conclut que l’information tarifaire doit être “claire et précise et correspondre au montant effectivement facturé au consommateur en cas de souscription”. L’UFC Que Choisir a demandé ainsi à Orange et Bouygues Telecom “d’afficher le tarif réel de l’abonnement, quitte à préciser en-dessous le coût de location de la box”.

L’opérateur historique a saisi la DGCCRF afin qu’elle se positionne officiellement sur ces modalités.