Martin Bouygues compare Orange à un mammouth et TF1 à une souris, les discussions sont intenses

Martin Bouygues compare Orange à un mammouth et TF1 à une souris, les discussions sont intenses

Les négociations entre Orange et TF1 pourraient aboutir à en croire Stéphane Richard et Martin Bouygues, ce dernier est d’ailleurs sorti de sa léthargie hier et cela s’est vu. 

«Vous avez vu les profits d’Orange ? TF1 c’est une toute petite souris face à un mammouth », s’est insurgé le PDG de Bouygues en marge des résultats de son groupe hier, rapporte Les Echos. Après Le Lion et le Rat de Jean de la Fontaine, Martin Bouygues se fend donc d’une nouvelle fable dont lui seul a le secret. Reste à savoir si dans cette histoire on a toujours besoin de plus petit que soi. Le PDG de Bouygues était interrogé sur la bataille que se livrent sa filiale TF1 et Orange, à ce sujet, il a confié ne pas être « inquiet, les discussions ont été plus intenses ces derniers jours. Mais chaque chose se paie à son prix ». Plutôt de bon augure puisque Stéphane Richard s’était dit la veille optimiste quant à une issue positive.

Rappelé à maintes reprises, les négociations bloquent sur le prix, TF1 demanderait 25 millions à Orange, des sommes jugées excessives par l’opérateur. Mais force est de constater que Martin Bouygues se montre intransigeant à ce propos. « Si vous souhaitez acheter une voiture de luxe au prix d’une Lada, forcément cela peut poser problème »,a t-il également lancé hier avant de rappeler sur un ton légèrement menaçant que « le groupe Bouygues dans sa globalité est probablement le premier ou deuxième client d’Orange à qui il apporte chaque année près de 900 millions d’euros de chiffre d’affaires. Il y a du régulé, avec Bouygues Telecom et du non régulé à travers toutes nos filiales… »

Plus sobre, le patron d’Orange a de son côté indiqué avant-hier être  « optimiste sur notre capacité à trouver un accord sur la valorisation» des services enrichis proposés par TF1, précisant même être prêt « à augmenter, même assez substantiellement, le montant que l’on paiera pour ces services », l’opérateur historique ayant d’ailleurs « signé un accord avec M6 sur ces bases-là.»
 
Mais si Stéphane Richard est d’accord pour payer les services enrichis de TF1, il refuse catégoriquement de le faire pour la diffusion des chaînes gratuites du Groupe de Martin Bouygues : «Il y a un principe qui existe depuis toujours : les chaînes gratuites sont gratuites. Nous avons obligation de les transporter sans faire payer pour leur transport, nous n’allons pas payer pour le faire ». Et de préciser qu’il est attaché à ce principe et qu’il « n’appartient à aucun acteur, ici TF1, de le modifier unilatéralement.»