Iliad a déjà révolutionné les télécoms en Italie : premier DG de moins de trente ans

Iliad a déjà révolutionné les télécoms en Italie : premier DG de moins de trente ans

Photo : Benedetto Levi (Iliad),
Aldo Bisio (Vodafone), Amos Genish (TIM), Jeffrey Hedberg (Wind-Tre)

Un vent de jeunesse souffle sur les télécoms.

Xavier Niel qui a révolutionné le marché des télécoms en lançant son opérateur mobile compte bien en faire de même en Italie et cela est plutôt bien parti. 

Avant même son lancement, la simple nomination d’un directeur général de moins de trente ans est déjà en soi une petite révolution dans les télécommunications en Italie.

Nos confrères de Universo Free se sont prêtés à un petit jeu, un rapide voyage dans les principales sociétés de télécommunications italiennes. Tous les dirigeants à la tête de ces groupes sont nés dans les années 1960.

Chez Telecom Italia Mobile, Amos Genish, l’homme fort de Vincent Bolloré placé à la tête de TIM en 2017 est né en 1960, il remplace Flavio Cattaneo (1963).

Pour Vodafone Italia, le DG Aldo Bisio est aussi né en 1960 alors que le DG du groupe Vodafone, Vittorio Colao, lui, est de 1961.

À la tête de Wind-Tre, le troisième opérateur après la fusion de H3g et Wind qui a permis à Iliad d’entrer sur le marché italien, on retrouve Jeffrey Hedberg également de 1961. Maximo Ibarra qui a précédemment géré la fusion était lui un peu plus jeune (de 1968).

Voilà pour la cour des grands, en ce qui concerne les autres opérateurs italiens même constat. Pour Tiscali (dont la branche française est arrivée dans le giron de Free avant d’être passée par Telecom Italia) son DG Riccardo Ruggiero est de 1960. PosteMobile, le MVNO qui utilise le réseau de Vodafone, toujours le même constat, son dirigeant Marco Siracusano est de 1962.

En conclusion, à la tête des différentes entreprises de télécommunication en Italie, on retrouve principalement des dirigeants de plus de 50 (dans plusieurs cas, plus proches des 60 ans même). Alors, nommer, Benedetto Levi, un jeune homme de moins de trente ans pour diriger le quatrième opérateurs est déjà en soi une petite grande révolution pour l’Italie.

source : Universo Free