Google étend ses infrastructures mondiales avec de nouvelles régions et de nouveaux câbles sous-marins

Google étend ses infrastructures mondiales avec de nouvelles régions et de nouveaux câbles sous-marins

Google annonce ses ambitions pour 2018 et 2019 en termes de réseau. La firme de Mountain View va ouvrir de nouveaux centres à travers le monde et investir dans trois câbles sous-marins supplémentaires pour renforcer son infrastructure "cloud".

Dans un billet de blog Google annonce l’ouverture en 2018 de nouveaux “centres aux Pays-Bas et à Montréal durant le premier trimestre, suivis par Los Angeles, la Finlande et Hong Kong, et bien d’autres à venir”. Par ailleurs “en 2019, nous allons installer trois câbles sous-marins, pour relier le Chili à Los Angeles, les Etats-Unis au Danemark et l’Irlande et Hong Kong à Guam” précise Ben Treynor Sloss, le vice-président en charge des infrastructures de Google.

Le coût de ses nouvelles installations n’est pas détaillé mais la firme annonce avoir dépensé 30 milliards de dollars en trois ans pour améliorer ses infrastructures. En plus des centres régionaux qu’il va ouvrir en 2018 et des 9 autres câbles, Google va investir dans trois nouveaux câbles sous-marins.

Le câble Curie (en hommage à Marie Curie) reliera le Chili à la Californie “Avec Curie, nous devenons la première grande entreprise non télécom à construire un câble intercontinental privé” explique Ben Treynor Sloss. Posséder ce câble permettra à Google de pouvoir “entièrement définir les spécifications techniques du câble, rationaliser le déploiement et fournir le service aux utilisateurs et aux clients plus rapidement”. Par ailleurs, Google pourra “prendre des décisions de routage optimisant la latence et la disponibilité”.

Le câble Havfrue (“sirène” en danois) construit avec Facebook, Aqua Comms et Bulk Infrastructure va permettre “construire un système de câbles sous-marins directs reliant les États-Unis au Danemark et à l’Irlande”.

Enfin le câble HK-G dans le pacifique va permettre de créer de “multiples chemins évolutifs et divers vers l’Australie” et “renforcer la résilience de Google dans le pacifique”.