Un collectif se mobilise face l’implantation de deux antennes-relais Free Mobile et Orange à proximité d’une école

Un collectif se mobilise face l’implantation de deux antennes-relais Free Mobile et Orange à proximité d’une école

Le collectif Stop Antenne Cachin de Fontaine dans l’Isère ainsi que des parents d’élèves s’opposent vivement à l’installation de deux antennes-relais Free Mobile et Orange à 60 mètres environ de l’école Anatole France et non loin de trois crèches et de deux maisons de retraite. Pour la énième fois, les ondes posent problème.

Si la mobilisation a pris forme en mars dernier, une pétition a été lancée récemment et compte aujourd’hui plus de 500 signatures. En cause, l’implantation de deux nouvelles antennes de l’opérateur historique et de Free à quelques encablures d’une antenne existante de Bouygues Telecom autour de laquelle a enflé une polémique. Celle-ci ne respecterait pas les niveaux d’exposition requis par le principe de précaution (résolution du Conseil de l’Europe de 2011, à 0,6 V/m). Visiblement, des niveaux atteignant 2V/m ont été mesurés par l’ANFR sur cette antenne. Pourtant, les seuils limites d’exposition dans la réglementation française se situent entre 41 et 61V/m, des niveaux pratiquement jamais atteints et 100 fois supérieurs aux recommandations de l’Europe.

Concrètement, le collectif et des parents d’élèves estiment que du fait de la proximité de l’école, située à 60m du futur lieu d’implantation de ces nouvelles antennes, les enfants vont être exposés fortement aux ondes. « Les effets des ondes de téléphonie ont été démontrées par de nombreuses études internationales et indépendantes (tumeur, troubles du sommeil, maux de tête, etc.) », précise Stop Antenne Cachin dans la pétition. Des riverains ont d’ailleurs fait état d’insomnies et de migraines mais aucun lien avec l’antenne n’a été avéré. La municipalité s’est toutefois engagée à prendre contact avec Bouygues Telecom afin de «l’exhorter à revenir dans les limites », a précisé le porte-parole du collectif.

Le mois dernier, le conseil municipal a suspendu provisoirement les travaux, mais les élus semblent décider à mener à bien le projet. Une réunion avec Free et Orange pourrait être organisée prochainement. Enfin samedi dernier, une mobilisation citoyenne a pris place devant l’école concernée. En espérant que celle-ci n’est pas munie de Wi-Fi ni de four micro-ondes dont le seuil limite est de 61V/m.

 

 

Source  :Place Gre’Net