Xavier Niel n’était pas partisan de la vente de Zenly à Snapchat

Xavier Niel n’était pas partisan de la vente de Zenly à Snapchat

Dur de résister face à l’argent.

En juin dernier, la start-up française à l’origine de l’application qui permet de géolocaliser ses amis en temps réel a été rachetée la bagatelle de 250 millions de dollars par l’éditeur de Snapchat. Il s’agit d’un des plus gros “exit” (rachat de start-up) français de ces derniers temps. Une licorne française de plus qui file à l’étranger. Ce n’était pourtant pas au goût de Xavier Niel pourtant proche d’Evan Spiegel, fondateur de Snapchat, comme le rapporte l’Obs : « Je n’étais pas pour cette vente. Zenly avait le potentiel de devenir un véritable réseau social. Mais quand on leur propose 100 ou 200 millions d’euros, les fondateurs ont parfois du mal à résister… » a confié Xavier Niel à quelques journalistes.

La start-up avait connu un succès considérable en dépassant le million d’utilisateurs en trois mois en 2016, un chiffre qui n’a cessé d’augmenter pour atteindre plus de 4 millions à l’heure actuelle.

Xavier Niel avait flairé le potentiel en investissant 3 millions d’euros dès 2014. En 2015 Kima ventures et IDInvest avaient réinjecté 8 millions d’euros. Les Echos avait révélé que les discussions entre Evan Spiegel, le fondateur de Snapchat et les entrepreneurs français avaient débuté depuis longtemps. Zenly dont le coeur de cible est les “millenials” propose d’échanger avec ses amis en les géolocalisant sur une carte. Snapchat qui a lancé sa nouvelle fonctionnalité Snap Map utilise donc la technologie développée par Zenly dont l’application continuera toutefois à avoir son existence propre.

 

Source : L’Obs