Grève et manifestation contre les projets d’Altice pour Portugal Telecom

Grève et manifestation contre les projets d’Altice pour Portugal Telecom

Au Portugal la grogne gagne les employés de l’opérateur historique Portugal Telecom racheté par le groupe de Patrick Drahi en 2014. Vendredi dernier ils étaient plus de 70% à participer à une grève pour dénoncer les transferts de postes vers d’autres entités du groupe Altice selon les syndicats. Au Portugal on parle du mouvement de grève le plus suivi depuis dix ans.

Les syndicats s’opposent au transfert de 155 travailleurs vers d’autres entreprises du groupe au Portugal et des prestataires, arguant qu’ils risquent à terme de perdre leur emploi.

Une des manifestantes venue de Porto, Maria José Peres, 42 ans a expliqué à l’AFP "On m’a notifiée de mon transfert et maintenant je suis obligée d’accepter ou de démissionner" en poursuivant : "Nous sommes assurés de recevoir notre salaire pendant un an, mais nous craignons d’être licenciés juste après".

La manifestation des grévistes a débuté au siège de Portugal Telecom, les manifestants scandaient "Non au vol des droits acquis" et "contre l’intimidation et le chantage" vêtus de t-shirts noirs détournant le logo d’Altice avec le mot "aldrabice" ("escroquerie").

Ils se sont ensuite rendus à la résidence officielle du Premier ministre portugais, Antonio Costa. Ce dernier avait déjà pris à partie Altice, en disant redouter un “démantèlement”. Fin mai, il s’était positionné contre un projet révélé par la presse locale de licenciement de 3 000 salariés affirmant qu’il ne donnerait “aucune autorisation”. Le projet a été démenti par Altice. Depuis fin 2014 et l’arrivée du groupe français ce sont déjà 1 500 salariés qui ont quitté Portugal Telecom dans le cadre d’un plan de départs volontaires.

 

Source : AFP