Le Câble a-t-il encore un avenir ?

Les nombreux problèmes du début de l’année (souvenez vous des queues d’abonnés devant les boutiques de Noos…) ont énormément terni la réputation du câble. Pourtant celui-ci n’a pas dit son dernier mot et tente de refaire surface :

Désormais unifié sous la bannière de NC Numéricâble, le câble veut croire qu’il est rentré dans le rang des fournisseurs d’accès à Internet

Pour l’avenir, le câble mise sur ses atouts technologiques. Notamment pour remonter la pente vis-à-vis de ses principaux concurrents de l’ADSL, Orange, Free et Neuf Telecom. Par rapport à l’ADSL, "nous aurons, fin 2008, cinq millions de prises raccordables en fibre optique jusqu’au pied de l’immeuble", se réjouit M. Gérolami. A cette date, Numéricable promet de généraliser le très haut débit. Il prévoit "une offre à 100 méga au prix du simple haut débit à 30 méga de ses rivaux", selon Numéricable.

Il reste que le câble part de loin. Numéricable revendique seulement 1,8 million d’abonnés à la télévision, 750 000 à Internet et 500 000 au téléphone. Autant dire presque rien face aux FAI qui réunissent 97 % des 14,5 millions de foyers abonnés au haut débit. Chez ces derniers, on ne croit pas à la résurrection du câble. " Nous ne voyons pas le câble comme un concurrent majeur", ironise Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, maison mère de Free.

Lire l’intégralité de l’article du Monde