Télécoms : pour Sébastien Soriano, « il n’y a pas de contradiction entre concurrence et l’investissement »

Télécoms : pour Sébastien Soriano, « il n’y a pas de contradiction entre concurrence et l’investissement »

Un cercle vertueux aux yeux de l’Arcep.

Lors de son intervention au cours d’une conférence organisée le 19 mai par le régulateur devant un parterre de journalistes et d’analystes, le président de l’Arcep a partagé sa conviction « qu’il n’y a pas de contradiction entre concurrence et l’investissement ». Un objectif global porté par plusieurs acteurs que l’Arcep a présenté au travers d’une infographie explicative permettant de se rendre compte que la concurrence «n’est pas une fin en soi » et qu’elle fait partie «d’un schéma de promotion de l’investissement dans les réseaux. »

 

 

 

Pour rappel, la police des télécoms a constaté dans son nouvel observatoire des marchés des télécoms une augmentation massive des investissements des opérateurs hors achats de fréquences en 2016. Par rapport à 2015, le montant des investissements a crû à un rythme supérieur à 10% en 2016 (+13,4%). Il s’élève à 8,9 milliards d’euros et est lié principalement au déploiement des réseaux à très haut débit fixes et mobiles. En effet ces derniers représentent 34% des montants totaux investis au cours de l’année 2016 soit 3,0 milliards d’euros, en croissance de 25,1% en un an. Un réveil de l’investissement notamment caractérisé par les efforts continus de l’opérateur historique et par le coup d’accélérateur de SFR qui a rattrapé son retard dans les "infrastructures" même si la stratégie agressive de l’opérateur au carré rouge dans les contenus inquiète le régulateur qui estime que les opérateurs devraient avant tout prioriser les réseaux.