Vivendi rachète le publicitaire Havas, une première dans le monde des médias

La saga continue : l’empire se contre-attaque et se consolide en réalisant une opération inédite dans le monde des médias même si attendue et prévisible depuis longtemps. Vivendi dont Vincent Bolloré possède le contrôle exclusif des droits de vote avec 29,6% a fait une offre de rachat à Groupe Bolloré de ses 60% dans Havas, sixième groupe publicitaire au monde.

Anticipés par les milieux financiers depuis quelques temps, les potins des analystes se confirment aujourd’hui avec l’offre de rachat des 60% de participation dans Havas du Groupe Bolloré par Vivendi. Le prix par action est fixé à 9,25 € soit + 8,8% par rapport au cours à la clôture de la bourse de Paris mercredi soir. Ce qui portera la valorisation d’Havas à près de 4 milliards d’euros (3,881 milliards contre 3,554 de capitalisation). Vivendi lancera par la suite sur cette base une OPA en précisant toutefois ne pas vouloir posséder 100% d’Havas.

Stratégie industrielle : bâtir un géant européen et mondial des médias

Dans la droite ligne de sa campagne d’Italie (Mediaset et Telecom Italia) Vivendi poursuit sa montée en puissance en continuant sa marche vers un contrôle de bout en bout de la chaîne de production et diffusion de contenu. Avec le rachat du publicitaire c’est l’accès à la data qui va être mis à profit pour proposer des contenus mieux cibler en fonction des consommateurs. Un communiqué d’Havas explique que l’objectif est d’entrer dans une nouvelle phase de développement pour Vivendi en vue d’ “accélérer la construction d’un leader mondial de contenu, de média et de communication”. Arnaud de Puyfontaine confirme qu’ “avec une présence dans les contenus, les plateformes de distribution que sont les telcos et la maîtrise de la communication et des données, nous avons d’excellentes cartes en main pour la compétition avec les Facebook et Google”.

Stratégie patrimoniale et familiale : réduction de la dette et passation de pouvoir entre père et fils

Ce rapprochement est dans les tuyaux depuis bientôt un an et avait en fait déjà débuté. En mai de l’année dernière Yannick Bolloré affirmait déjà à La Correspondance de la Publicité qu’il était “évident qu’un jour il y aura[it] quelque chose entre Vivendi et Havas“. Dominique Delport numéro 2 d’Havas est également DG de Vivendi, Sibony est à la gestion des achats chez Canal+ et Havas et enfin Yannick Bolloré, fils de Vincent, et actuel PDG d’Havas avait intégré le conseil de Vivendi. Ce dernier devrait conserver ses deux responsabilités. A terme, le but étant de le préparer à prendre la présidence du conseil de Vivendi en succédant à son père.

Une fois l’opération réalisée, le chiffre d’affaire du groupe s’élèvera à 13.7 milliards d’euros avec un Ebitda à 1.7 milliards. L’endettement oscillera entre 1.9 et 3.5 milliards d’euros en fonction du résultat de l’offre publique d’achat qui sera proposé aux autres actionnaires en juin après la validation officielle de ce transfert.