TIM Italie, déclarations simultanées sur Free des deux côtés de la frontière

TIM Italie, déclarations simultanées sur Free des deux côtés de la frontière

En attendant l’assemblée des actionnaires le 5 mai prochain où Vivendi, selon toute vraisemblance va placer Arnaud de Puyfontaine à la présidence, Flavio Cattaneo le directeur général de Telecom Italia qui s’exprimait sur les résultats trimestriels du groupe italien se dit prêt à contrer l’arrivée de Free.

 
Le programme de la semaine est chargé pour Telecom Italia, hier se déroulait la réunion du conseil pour la validation du rapport trimestriel, aujourd’hui les actionnaires de Telecom Italia se retrouveront en assemblée générale pour renouveler le conseil d’administration et elle se conclura vendredi avec la première réunion du nouveau conseil.
 
Dans une note officielle Flavio Cattaneo annonce les “meilleurs résultats du groupe depuis 2012” et s’exprime quant à l’arrivée de Free. Selon lui, il est impossible en Italie pour différentes raisons qu’il ne cite pas d’ “obtenir un nombre important de clients sans posséder de boutique, en s’en remettant uniquement au web”. Il continue en affirmant que pour l’instant la concurrence sur le marché mobile “n’est pas particulièrement agressive” et que cela ne changera pas dans les prochains 6 à 9 mois. Il soutient par ailleurs que “le groupe ne ressent aucune pression après la fusion de Wind et Tre” et qu’au contraire ils commencent à “partir à la chasse de nouveaux clients avec Kena”.
 
Du coté français avec un chiffre d’affaires en hausse Arnaud de Puyfontaine s’est dit “très fier du premier trimestre” et promet un augmentation des investissements "Nous devons aller plus vite pour rendre sa grandeur à Telecom Italia" rapportent nos confrères du Parisien. Fort de ces résultats il ne manque pas de montrer les dents lorsqu’est évoqué l’arrivée de Free en déclarant que la peur était réservée aux faibles "Nous avons préparé un plan (…) et nous sommes un concurrent sérieux".