Après les contenus, Patrick Drahi s’attaque à la publicité ciblée

Après les contenus, Patrick Drahi s’attaque à la publicité ciblée

Patrick Drahi, Pierre Chappaz cofondateur de Teads et Alain Weil

 

Le fixe et le mobile, la convergence médias-télécoms et maintenant la publicité en troisième pilier d’Altice. Le groupe avait déjà laisser transparaître ses velléités à ce sujet en annonçant vouloir tester la publicité adressée dès cet été sur BFM Paris, mais cette fois c’est on ne peut plus clair, en s’offrant Teads, la start-up française spécialisée dans la publicité sur le web et en vidéo, la maison-mère de SFR s’attaque aux revenus publicitaires.

Ce rachat avoisinant les 285 millions d’euros va permettre à Altice via Teads de se positionner d’abord sur le "digital", l’en atteste Michel Combes, PDG de SFR dans Media+ : « Notre groupe de télécommunication s’est diversifié dans le contenu pour amener une offre complémentaire à nos clients. Depuis maintenant plusieurs années, nous monétisons une partie des audiences créées au travers de revenus publicitaires essentiellement captés sur la télévision et la radio. La télévision migrant progressivement vers les médias digitaux, il nous paraissait intéressant de nous positionner aussi sur le digital. »

Fondée en 2011, Teads surfe sur un format particulier, celui des vidéos de publicité intégrées dans les pages d’éditeurs « premium », très souvent sur les sites de presse. La start-up est présente dans une vingtaine de pays et revendique 1,2 millards de visiteurs uniques par mois, ce qui en fait le leader mondial sur ce marché. Un business qui pourrait représenter à l’avenir « plusieurs milliards de dollars » d’après Michel Combes qui compte ainsi développer la publicité ciblée, l’a t-il souligné au quotidien des professionnels des médias : « L’objectif est de déployer une publicité enrichie par la donnée pour avoir un meilleur ciblage, une meilleure personnalisation et mettre en place des campagnes publicitaires multi-écrans. Face à un marché publicitaire très fragmenté, les annonceurs sont de plus en plus demandeurs pour adresser une audience quel que soit l’écran utilisé. Nous apportons aujourd’hui une véritable plateforme multi- écrans enrichie par des données sur les clients. Cela permet ainsi de mieux cibler le message publicitaire. »

Il semblerait donc que le modèle publicitaire va se transformer dans les années à venir et que la relation entre les médias et les télécoms va elle aussi évoluer puisque les chaînes se devront de passer de plus en plus par les opérateurs, ces derniers disposant d’une mine d’or de données via leurs box et les mobiles. Pour l’heure, ce type de publicité n’est autorisé que sur le web et sur les chaînes de télévision locales.