Le déploiement FTTH avance à grands pas sur les RIP (sur lesquels va arriver Free), pour un investissement public moins important que prévu

Le déploiement FTTH avance à grands pas sur les RIP (sur lesquels va arriver Free), pour un investissement public moins important que prévu

Ce mercredi était présenté à Paris les résultats de la cinquième édition de l’Observatoire des RIP. Univers Freebox s’est rendu a cette présentation qui réunissait la FIRIP, la fédération des industriels impliqués dans la construction et le développement des Réseaux d’Initiative Publique (RIP) en France, et la Caisse des Dépôts. Cet observatoire est devenu l’indicateur national de référence du déploiement FTTH dans les RIP (réseau d’initiative public), qui concerne toutes les zones les moins densément peuplées. Il est le fruit d’une enquête de deux mois réalisée par le cabinet expert Idate auprès d’un panel représentatif du marché des RIP.
 
Nous vous rapportons un résumé des résultats de cet observatoire qui ont été présentés mercredi, et vous proposerons des reportages et interview dans les prochains jours, avec les acteurs du déploiement de la fibre en France, qui vous expliqueront les avancées en la matière mais aussi, parfois, les blocages. Cela concerne directement les Freenautes puisque Free va prochainement arriver sur les zones RIP en utilisant les infrastructures mises en place. Nous vous apporterons plus de précisions à ce sujet dans les prochains jours.
 
 
A l’occasion de la 5e édition de l’Observatoire, une attention particulière est portée aux enjeux que représentent les RIP, tant en termes de formation et d’emploi, qu’en terme de contribution à l’aménagement numérique du territoire. Alors que la filière des entreprises impliquées dans les réseaux d’initiative publique représente d’ores et déjà plus de 8100 emplois fin 2016, ces activités devraient générer 28 000 emplois à l’horizon 2022.
 
Le déploiement avance maintenant à bon rythme sur les RIP, mais des progrès restent à faire sur les zones en co-investissement (AMII)
 
L’observatoire présenté ce jour a montré que les déploiements en zones d’initiative publique avance bien au regard des objectifs fixés à l’horizon 2022. A ce jour, ce sont 1 million de prises FTTH qui ont été déployées sur les RIP, et elles seront 2 millions à la fin de cette année. Au total, ce sont 8 millions de prise qui ont déjà fait l’objet d’attribution de contrat (sur un objectif de 15 millions).
 
 
L’observatoire a par contre noté que des retards s’accumulent dans les déploiements en zone moyennement dense, la où les opérateurs co-investissent. L’observatoire indique que les objectifs ne pourront être réalisés à terme si les déploiements ne s’accélèrent pas. 
 
 
Une infrastructure peu coûteuse en fonds publics par rapport aux autres types d’infrastructures
 
Le plan France Très Haut débit représente un coût total estimé à 20 milliards d’euros d’investissements d’ici 2022 pour couvrir l’intégralité des français en très haut débit. La fibre optique représentera 80% de la population dont 8 millions de prises FTTH en zone publique déjà contractualisées sur les 15 millions de prises nécessaires.
 
Sur la totalité de cet investissement, ce sont principalement les opérateurs privés comme Orange, SFR, Free ou les opérateurs délégataires de services publics qui vont financer ce plan. Le financement public, sur les RIP donc, est estimé à 6,5 milliards d’euros. Lors de la présentation de l’observatoire des RIP, cela a été mis en perspective par rapport à d’autres grands projets d’infrastructures.
 
 
A noter que le financement privé est de plus en plus élevé ce qui conduit à un coût public des projets pour réaliser l’objectif 2022 plus proche des 4 milliards d’euros que des 6,5 milliards d’euros évalués au lancement du Plan France THD.