Arcep : comment passer à « une mutualisation effective des réseaux FTTH » ?

Arcep : comment passer à « une mutualisation effective des réseaux FTTH » ?

 

La position particulière d’Orange sur le segment d’accès à la boucle locale d’optique, le co-financement et la mutualisation des réseaux FTTH, l’Autorité de régulation des télécoms donne des pistes de lecture dans ses projets d’analyse des marchés du haut et du très haut débit fixe, afin de redéfinir les règles encadrant ces marchés sur la période 2017-2020.

 

En chiffres. Avancé en zones très denses, Le co-financement du réseau FTTH (fibre jusqu’à l’abonné) concerne la quasi-intégralité des locaux éligibles (99,8 % ). Cela signifie que, dans ces zones, les principaux opérateurs FTTH ont engagé des investissements croisés pour bénéficier de droits d’accès sur chaque réseau d’opérateur d’immeuble. En zones moins denses, le cofinancement lui a fortement progressé depuis 2014 (21%) puisqu’il atteint, au 30 septembre 2016, 72 % des locaux de la zone.

 

Selon l’Arcep, afin de passer d’une situation de co-financement à une situation effective de mutualisation, « il est nécessaire que les opérateurs ayant cofinancé la partie terminale du réseau FttH raccordent les points de mutualisation avec leurs propres réseaux horizontaux dans les zones très denses ou, en règle générale, le NRO de l’opérateur dans les zones moins denses. Cette opération peut s’avérer complexe en particulier dans les zones très denses où le point de mutualisation peut être situé en pied d’immeuble au sein de la propriété privée. En témoigne leur taux de mutualisation qui atteint 69 % du parc de locaux cofinancés contre 78 % des locaux cofinancés en zones moins denses, malgré l’antériorité des déploiements en zones très denses. »

 

Au total la mutualisation des réseaux FttH atteint 72 % du parc de locaux cofinancés et 64 % du parc de locaux éligibles au FttH. Cela signifie qu’au 30 septembre 2016, « dans 4,5 millions de locaux, au moins deux opérateurs étaient en mesure de commercialiser des offres FttH de détail via une offre d’accès passif au point de mutualisation. Parmi les locaux raccordables par plusieurs opérateurs, 46 % le sont par deux opérateurs, 31 % le sont par trois opérateurs et 22 % par quatre opérateurs ou plus. »

 

Orange : 6,4 millions de lignes couvertes au 30 septembre 2016 soit 92 % de l’ensemble des lignes éligibles au FTTH. 

 

« Orange ayant équipé une part importante des locaux éligibles au FTTH et ayant raccordé une grande partie du parc construit ou exploité par les opérateurs tiers (notamment SFR Group, Free, THD Seine ou encore Axione), compte le parc de locaux éligibles aux offres FTTH le plus élevé et couvre 6,4 millions de lignes au 30 septembre 2016 soit 92 % de l’ensemble des lignes éligibles au FttH. », analyse l’Autorité qui poursuit en affirmant que « le second opérateur commercial le plus avancé peut quant à lui proposer ses offres sur 3,2 millions de lignes, soit 46 % de l’ensemble des lignes éligibles au FttH. Les autres opérateurs commerciaux peuvent proposer leurs offres FTTH sur moins de 2,5 millions de lignes soit 36 % des lignes éligibles. »

 

Pour L’arcep, l’écart entre Orange et les opérateurs alternatifs est significatif et s’explique « notamment parce que ceux-ci ont cofinancé une part du parc FttH installé par Orange plus importante que celle qu’ils ont effectivement raccordée à ce jour. Les déploiements à venir des autres opérateurs FttH vont les conduire à multiplier les demandes de raccordement aux réseaux FttH mutualisés et en premier lieu auprès d’Orange compte tenu de l’étendue de son parc de locaux. »

 

« l’accroissement trimestriel du nombre d’abonnés FttH Orange est en moyenne trois fois supérieur à celui de l’ensemble de ses concurrents réunis »

 

Il ressort enfin de l’analyse quantitative menée sur le segment FttH que « le rythme des déploiements et des adductions d’Orange lui permet d’être performant, en aval, sur le marché de détail. Sa part de marché, au 30 septembre 2016, est de 66 % sur le réseau FttH (en nombre d’abonnements), et depuis deux ans l’accroissement trimestriel du nombre d’abonnés FttH Orange est en moyenne trois fois supérieur à celui de l’ensemble de ses concurrents réunis, pour une part de marché en flux comprise entre 70 % et 75 % ».