Free et le « choix luxueux du FTTH »

Free et le « choix luxueux du FTTH »

Lors de la table ronde organisée par la commission des affaires économiques entre les représentants de Free, Orange, Bouygues et SFR, Maxime Lombardini a tenu a tempérer le rapport de la Cour des comptes précisément sur le déploiement du très haut débit.

 

La Cour des comptes avait tiré la sonnette d’alarme hier, révélant que France est en retard sur le déploiement du très haut débit en raison de « ses caractéristiques géographiques et d’une moindre réutilisation des infrastructures existantes ». En juin 2015, seuls 45 % des foyers étaient couverts en très haut débit fixe, contre une moyenne européenne à 71 %, ce qui confère à la France le 26e rang sur 28. 

A ce propos, le directeur général d’Iliad donne sa vision et précise : « On a fait un choix très luxueux avec le FTTH », c’est un choix auquel Free adhère et n’a rien à redire mais « c’est un déploiement qui est beaucoup plus lourd et compliqué qui suppose de rentrer à nouveau chez l’abonné pour lui donner une nouvelle prise ce qui veut dire que cela prend du temps quoique l’on fasse. La plupart des pays voisins ont choisi de moderniser le cuivre ou le câble ce qui veut dire beaucoup moins d’investissement, quelque chose de plus rapide et aucune intervention chez l’abonné en général. Si les critères de comparaison étaient une connexion à 500Mbit, la France serait probablement pratiquement en tête, le choix de la mesure actuelle est sur 30Mbit ou 100Mbit selon les statistiques, et là le câble et le cuivre peuvent effectivement moderniser (Angleterre, Espagne, Allemagne). La France a fait le choix du FTTH, ça prendra du temps mais à la fin on aura un réseau plus moderne que la plupart de nos voisins. »

 

« La montée en débit est la seule solution »

 

Concernant les éléments nécessaires afin « de pousser plus loin » et pour que les français aient plus de débit et ce le plus rapidement possible, Maxime Lombardini martèle enfin : « nous pensons et c’est également un élément mis en avant par le rapport de la Cour des comptes que la montée en débit est la seule solution pour rapporter réellement et rapidement plus de débit dans des conditions raisonnables à nos concitoyens. Quand on regarde certains plans sur les RIP, on s’aperçoit que la fin de la couverture va jusqu’à 2030, dans des périodes très lointaines. La montée en débit permet donc d’apporter une réponse plus rapide et de manière assez simple. »