L’impact énorme à venir de la nouvelle transparence des cartes de couverture

L’impact énorme à venir de la nouvelle transparence des cartes de couverture

 

 

Martine Lombard membre du collège de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, a souligné le choc de la transparence à venir des cartes de couverture mobile, hier devant la commission des affaires économiques.

 

Voici un outil qui a été mené a bien en 2016 mais dont les effets se feront sentir dans quelques semaines, celui des cartes de couverture mobile que l’Autorité de régulation prend à bras le corps, sérieusement décidée à éradiquer le problème de décalage entre les cartes des opérateurs sur leur site internet et le ressenti tout autre des français, suscitant colère et frustration . L’objectif à terme : relancer l’investissement.

 

La loi « Croissance et Activité » a notamment permis d’imposer aux opérateurs de publier des cartes rénovées à partir de normes fixées par l’Arcep et seront très prochainement soumises à vérification via un organisme indépendant. Les données de ces cartes seront même réutilisables en open data (loi sur le numérique) ce qui va être une révolution manifeste puisque chacun pourra s’en saisir et faire des comparatifs de couverture.

 

Un choc de transparence donc, avec un avant et un après. Le nouveau dispositif comportera en effet quatre niveaux de couverture au lieu de deux pour l’instant. L’arcep attend des conséquences majeures puisqu’une rétractation des zones de couverture dites « satisfaisantes va être visible très prochainement » d’après Martine Lombard. Ce qui provoquera sans doute « une relance des investissements, une relance de la concurrence, par les infrastructures, parce que chacun pourra comparer grâce à l’open data et on espère que ce ne sera pas que le prix qui sera un paramètre de choix mais aussi la réalité et la qualité de la couverture. » Autre effet attendu, une relance de la couverture à la demande, alternative à la pause d’antennes, un chantier sur lequel les opérateurs devaient avancés depuis 2015 et dont l’Arcep va vérifier l’avancement. Enfin, rendre les cartes moins grossièrement maquillées, permettra au plan France Mobile de cibler plus précisément les zones nécessiteuses en installations.