Accès au très haut débit : les opérateurs alternatifs en passe de s’unir pour les entreprises

Accès au très haut débit : les opérateurs alternatifs en passe de s’unir pour les entreprises

 

Alors que les géants Orange et SFR règnent presque sans partage sur le marché des télécoms pour entreprises, une centaine d’opérateurs alternatifs tentent d’émerger dans le but de faire poids en terme de régulation.

Les chiffres sont sans appel, selon l’Arcep, le marché des télécoms pour entreprises se doit de s’ouvrir davantage. Actuellement Orange et SFR se partagent un marché d’environ 10 milliards d’euros, le premier affichant 70% de part de marché. Une position de quasi-monopole qui pourrait bien changé à l’avenir. En 2016, un troisième acteur a émergé, Kosc, un nouvel opérateur télécom français dédié au marché de gros et issu du rachat de Completel. Ce dernier débute à peine et pourrait bien étoffer son cœur de cible, pour l’heure axé sur les offres de gros.

Pourtant le marché des télécoms des entreprises fourmille d’opérateurs alternatifs qui sont actuellement en phase de développement. Tous s’investissent sur le marché local et tentent de se démarquer par un renforcement des relations de proximité. Parmi eux des entreprises au chiffre d’affaire conséquent comme Netalis, TechCrea Solutions, Voxity, Pacwan ou Adenis.

C’est d’ailleurs dans l’optique d’augmenter leur visibilité chez les potentiels nouveaux clients (TPE et PME) et ainsi proposer une solide alternative à Orange que ces derniers travaillent sur la création d’une fédération des indépendants alternatifs.

Pour se faire, cette future coalition va tenter de faire valoir ses revendications auprès de l’Arcep, à savoir demander une ouverture de marché et une facilitation d’accès aux réseaux de fibre Orange et SFR. A terme, l’objectif sera de proposer des offres crédibles et compétitives aux entreprises.

Les entreprises sont moins raccordées que les particuliers

D’après l’observatoire de marché de l’Arcep paru en décembre dernier : « D’une manière générale, les entreprises sont, en proportion, deux fois moins raccordées en fibre optique que la clientèle résidentielle : le nombre d’accès en fibre optique représente 7% de l’ensemble des accès souscrits par les entreprises contre 16% chez les particuliers. Ce constat masque pourtant des disparités importantes. ». Le chemin à parcourir est encore long donc mais ces nouveaux opérateurs pourraient bien changer la donne comme le rapporte aux Echos Nicolas Guillaume de chez Netalis : « On doit pouvoir trouver un juste équilibre entre le tarif, le débit garanti et les services. Car derrière, il y a une vraie demande de la part des clients. »