Wiko veut déranger Apple et Samsung

Wiko veut déranger Apple et Samsung

La marque Wiko, née à Marseille en 2011, veut déranger les grandes marques Samsung et Apple. Wiko résulte de l’union entre les Français Laurent Dahan, Michel Assadourian et le chinois Tinno, comme l’indique La Tribune.

"Il manquait à Tinno la connaissance du marché, tandis que nous apportions le design, la communication et le marketing." Depuis la marque s’est déployée sans changer de stratégie : répondre aux besoins des marchés visés. 

Présente dans 30 pays

Wiko est ainsi devenue la marque de mobiles la plus vendue en France depuis 2013, selon GFK. Présente dans 30 pays actuellement, elle est 5ème en Europe, dont 2ème au Portugal et 3ème en Italie. La marque emploie ainsi 500 personnes dont 200 en France. 

Le but de Wiko, à son arrivée, était d’occuper la place entre le haut de gamme et les téléphones mobiles venus d’Asie. Et l’objectif désormais est de se développer. "Ce que l’on réussit en France, nous le réussissons aussi ailleurs". 

Depuis cette année, Wiko ne se contente plus seulement des mobiles nus mais la marque est aussi présente chez les opérateurs. 

"Nous accompagnons tout secteur d’activité et toutes tailles d’entreprises."

Et son positionnement, il veut aussi l’appliquer au marché du BtoB. "Nous travaillons avec les entreprises, nous accompagnons tout secteur d’activité et toutes tailles d’entreprises."

Mais Wiko se lance aussi dans les objets connectés, avec le lancement récent de son bracelet connecté WiMate, mais aussi d’appareils audio sans fil, WiShake. 

Au cours des 4 dernières années, Wiko a vu sa croissance exploser à 780 %. Son chiffre d’affaires quant à lui atteint les 500 millions d’euros. Désormais, ses perspectives sont axées vers l’innovation.