TF1 revoit son plan d’économies de 10 millions pour pouvoir finir l’année 2016

TF1 revoit son plan d’économies de 10 millions pour pouvoir finir l’année 2016

TF1 doit prévoir de faire des économies afin de "rester dans les clous" pour l’année 2016, comme le rapporte le Figaro. Le groupe doit en effet faire face à un trou publicitaire au troisième trimestre, qui va lui apporter une fin d’année difficile. 

Face à France Télévisions, qui diffusait les Jeux Olympiques et le Tour de France, TF1 a vu son audience tomber à 18.5 %. Mais le groupe avait l’espoir de faire une très bonne rentrée. Et ce fût le cas pour les programmes télévisés, où l’audience était de 20.4 %. Cependant le marché publicitaire a accusé une baisse de 4.2 % à 294.5 millions d’euros. 

TF1 doit donc lancer un nouveau plan d’économies de 5 à 10 millions d’euros d’ici la fin de l’année. Un budget serré, où le coût de la grille sur l’ensemble des chaînes du groupe est revu à la baisse, moins 10 millions, à 970 millions d’euros. 

En 2017, un nouveau plan d’économies de 25 à 30 millions d’euros

Même si le marché publicitaire à la télévision devrait reprendre, le groupe n’en profitera pas vu la perte de parts de marché face à la concurrence. 

En 2017, TF1 lancera un nouveau plan d’économies de 25 à 30 millions d’euros. Son chiffre d’affaires est en recul de 4.2 % à 401 millions d’euros pour le troisième trimestre et les pertes sont de 13.2 millions d’euros. 

Philippe Denery, le directeur financier du groupe se veut quand même rassurant, en indiquant que TF1 doit faire face à des dépenses exceptionnelles à hauteur de 86 millions d’euros. Le groupe se transforme. LCI qui est passé en chaîne gratuite sur la TNT coûte 2 à 3 millions d’euros par mois mais devrait atteindre l’équilibre dans deux ans.

Le changement de réglementation dans les fictions françaises implique des charges de 26 millions d’euros, mais TF1 récupère des parts de coproduction pour des revenus futurs. 

Arrive enfin l’acquisition du producteur Newen, qui a cependant rapporté 45 millions de chiffre d’affaires supplémentaires sur neuf mois. Un nouveau métier avec une rentabilité de 10 %.