Fin de l’itinérance : Free limitera progressivement le débit mis à disposition de ses abonnés quand il est en transit sur le réseau d’Orange

Fin de l’itinérance : Free limitera progressivement le débit mis à disposition de ses abonnés quand il est en transit sur le réseau d’Orange

Hier, le groupe Iliad a annoncé que Free Mobile et Orange avaient signé un avenant afin de mettre fin progressivement au contrat d’itinérance qui lie les deux opérateurs. Ils ont ainsi respecté l’échéance du 15 juin que l’ARCEP avait fixée. Il y a trois semaines, le régulateur avait exigé que Free et Orange lui fassent des nouvelles propositions. L’ARCEP se félicite : « Ils ont joué le jeu » et salue « la responsabilisation » des opérateurs.

Free et Orange ont donc proposé un avenant au contat d’itinerance, qui déchaine les passions dans le monde des télécoms depuis l’arrivé de Free Mobile sur le marché. « Cet accord met en oeuvre le désengagement progressif de Free de son itinérance sur le réseau d’Orange », indique Free dans son communiqué. L’extinction de l’itinérance se fera de façon progressive entre janvier 2017 et la fin de l’année 2020 pour la 2G et 3G. Les deux opérateurs confortent la position de l’ARCEP qui avait preconisé la fin de l’itinérance de la 3G pour 2018 et celle de la 2G entre 2020 et 2022.

Mais l’extinction ne se fera pas par plaques géographiques comme le recommandait l’Autorité de la concurrence il y a quelques mois. Pierre Louette, le directeur général délégué d’Orange explique : « Free limitera progressivement le débit mis à disposition de ses clients quand il est en transit sur le réseau d’Orange ». L’enjeu de Free maintenant est de compléter sa couverture , puisqu’il couvre déjà 84,5% de la population en 3G et 68,3% de la population en 4G.

Chez Orange aussi il va falloir gérer la transition. L’opérateur a touché 700 millions de revenus pour louer son réseau a Free en 2015. Ce chiffre va mécaniquement diminuer d’année en année jusqu’à 2020. Mais l’opérateur historique s’en sort plutôt bien, puisque l’itinérance devait au départ s’arreter en 2017. En la prolongeant jusqu’en 2020, cela fera plus de revenus que prévus au départ.

Source : Les Echos