Accusé d’avoir voulu saborder Outremer Télécom, Altice-Numéricable conteste la décision de l’Autorité de la concurrence

Accusé d’avoir voulu saborder Outremer Télécom, Altice-Numéricable conteste la décision de l’Autorité de la concurrence

 
Nous vous rapportions hier que l’Autorité de la concurrence avait prononcé une sanction de 15 millions d’euros à l’encontre d’Altice/Numéricable car elle avait constaté l’inexécution de plusieurs obligations liées à l’engagement de cession des activités de téléphonie mobile d’Outremer Telecom (Only) à La Réunion et à Mayotte, pris lors du rachat de SFR. Altice-Numéricable avait l’obligation de revendre cet opérateur car SFR possède déjà à La Réunion l’opérateur SRR.
 
Mais avant d’être obligé de revendre son ancien opérateur Outremer Télécom et pendant la période d’application des engagements, les forfaits, pour certains parmi les plus vendus ont connu des hausses importantes (entre +17 % et +60 %). « Ces hausses tarifaires ont fait peser un risque important sur la compétitivité des offres d’Outremer Telecom, en donnant la possibilité aux clients de résilier leur abonnement sans frais (les taux de résiliation ont d’ailleurs triplé en janvier 2015 par rapport à la moyenne de 2014) à un moment où les concurrents, SRR et Orange, venaient d’opérer un repositionnement tarifaire à la baisse. » explique l’Autorité 
 
Aujourd’hui, Numéricable-SFR conteste l’analyse de l’Autorité de la concurrence et « rappelle que les hausses tarifaires, qui constituaient un acte de bonne gestion, n’ont altéré ni la compétitivité, ni la viabilité de l’activité cédée et n’ont induit aucune atteinte à la concurrence sur le marché"
 
SFR assure qu’il « respecte ses engagements, notamment en outre-mer avec la cession des activités mobile d’Outremer Telecom à un industriel qui a été agréé par cette même Autorité » 
 
L’opérateur conclu en disant qu’il « se réserve en conséquence le droit d’exercer un recours contre cette décision »