La fin des « Télé libres » sur Freebox TV ?

La fin des « Télé libres » sur Freebox TV ?

En 2004, Free annonce pouvoir diffuser 16 000 chaînes sur son réseau. La technologie ADSL étant peut coûteuse pour diffuser une chaîne sur Freebox TV (environ 1000 euros par mois pour les prestations techniques, Free reprenant les chaînes gratuitement), on imagine alors que c’est le signal pour l’émergence des « télé libres ». Des chaînes indépendantes, sur toutes les thématiques possibles et imaginables allaient pouvoir voir le jour. Un espace de liberté inconnu jusqu’à présent en France et une offre de contenus exhaustive.

Les premiers projets de chaînes sont alors lancés pour une diffusion sur le bouquet TV de Free. D’autres chaînes, qui avaient une zone de couverture restreinte, vont pouvoir trouver un large public. Les mois et les années suivantes vont voir les projets se multiplier et les premières chaînes vont commencer à diffuser (TNA, Mizik Tropical, Zalea ou plus récemment Nolife).

Malheureusement, si la liberté n’a pas de prix, elle n’aura pas vécu longtemps. Alors que plusieurs projets de chaînes sont en cours et que d’autres sont prêts à diffuser, Free fait marche arrière et souhaite désormais sélectionner les chaînes qui seront disponibles sur Freebox TV. C’est ainsi que plusieurs chaînes se voient refuser leur ticket d’entrée sur le bouquet TV de Free (cette situation vaut également pour les chaînes étrangères).

Outre le fait que ce n’est pas très respectueux du travail fourni par les associations ou sociétés s’étant lancé dans de tels projets, ceci met un terme à cette grande idée de télévisons libres. Bien sur, les chaînes issues des grands groupes media trouvent, elles,  portes ouvertes, quelque soit la qualité des programmes. Une occasion manquée de voir enfin un contre pouvoir aux programmes formatés des grandes chaînes et un espace de liberté qui se ferme. Une occasion manquée également, pour les freenautes, de découvrir de nouvelles thématiques non exploitées par ces mêmes groupes media.

Free prônant dans son nom la liberté, on ne peut qu’espérer que cet état de fait ne soit que transitoire et soit lié au problème de capacité en bande passante évoqué par Canalsat lors de la difficile intégration des chaînes de TPS chez Free.